L'évêque qui mangea ses bottes : le fond de l'histoire - Bishop Stringer - L'évêque qui mangea ses bottes

1 | 2 | 3 |  Prochain>

Au printemps 1909, en plus de ses responsabilités du diocèse du Yukon, l'évêque Isaac Stringer assuma le fardeau du diocèse du fleuve Mackenzie. L'évêque Reeve avait pris sa retraite en 1907 et il n'y avait personne pour le remplacer jusqu'en 1913, date à laquelle l'évêque Lucas serait consacré. Dans l'intervalle, Stringer inclut cette région dans ses tournées habituelles de visites épiscopales.

Au début du mois de septembre 1909, retournant du diocèse du fleuve Mackenzie au diocèse du Yukon, l'évêque Stringer, accompagné de Charles F. Johnson, partit de Fort McPherson pour atteindre Dawson City. Ils avaient devant eux une marche difficile de 500 milles à travers le muskeg, la brousse dense et une barrière montagneuse imposante. Ils portaient des habits légers et avaient amené des provisions pour 8 jours, espérant avoir fini le voyage en cinq jours. Ils ne se doutaient pas qu'ils passeraient 51 jours perdus dans les montagnes, en danger de mort.

Ils choisirent de prendre la route bien connue de la rivière Rat et du col McDougall. Ils demandèrent à deux Autochtones de les mener à l'embouchure de la rivière Rat. Un des guides fit demi-tour et l'autre, Enoch, continua avec eux jusqu'à Rampart House, sur la rivière Porcupine. À partir de là, Stringer et Johnson décidèrent de continuer seuls jusqu'à Dawson City.

Ils descendirent la rivière Peel en canot jusqu'à l'embouchure de la rivière Husky et, à partir de là, jusqu'à la rivière Rat. Le quatrième jour, Enoch devint malade et l'évêque se sentit obligé de l'accompagner jusqu'à Fort McPherson. Là, il prit un autre guide mais cela retarda le groupe d'une semaine.

Quand ils atteignirent la ligne de partage, au lac Loon, le guide rebroussa chemin, mais, Stringer et Johnson pensaient pouvoir trouver la route qui menait à Rampart House sans lui, parce qu'ils avaient pris cette route de nombreuses fois auparavant.

Ils descendirent la rivière Rat en canot, mais leurs progrès ralentirent au fur et à mesure que les glaces enserraient une surface de plus en plus importante de la rivière. Ils continuèrent, espérant pouvoir atteindre la rivière Porcupine. Les provisions se faisaient rares et la neige tombait. Rapidement, le temps devenait de plus en plus froid. Six jours après, ils réalisèrent qu'ils ne couvraient que 5 milles par jour et ils étaient épuisés. Ils décidèrent qu'il valait mieux retourner à Fort McPherson, directement à travers les montagnes, une distance de moins de 100 milles. C'etait le 24 septembre.

Tout d'abord, ils décidèrent de rejoindre LaPierre House, où ils pourraient trouver de la nourriture et un abri, et peut-être des Autochtones pour les guider en lieu sûr. Ils cherchèrent leur chemin pendant trois jours, sans succès, puis reprirent leur plan Fort McPherson et se mirent à grimper la montagne.


Musée de la vieille église en rondins 2002
Vos commentaires