En voiture! Pour explorer le chemin de fer de Terre-Neuve

Les employés du chemin de fer

Une journée dans la vie d'un régulateur de trains

Graham Hill - Tâches du régulateur

Graham Hill parle des tâches du régulateur

JavaScript doit être activé et la dernière version d'Adobe Flash Player doit être installé pour interagir avec cette page

Durée: 2:48 Min
La taille du fichier: 11.0 Mo
Transcription

En 1966, j'ai suivi le cours de régulateur des trains à St. John's et j'ai commencé à faire des remplacements; je n'étais pas plus avancé, j'étais encore un subalterne. Je remplaçais quand il manquait quelqu'un. Quand il ne manquait aucun régulateur, je retournais au poste de télégraphiste. Régulateur, c'était tout différent comme travail - ordres de marche uniquement, pas de messageries, pas de marchandises, pas de billets, pas de voyageurs. Je n'avais rien à voir avec le public; seulement avec les trains et le préposé de la gare. À l'époque, les trains étaient soumis à un ordre de marche régi selon les règles du Règlement unifié d'exploitation, approuvé par le ministère des Transports. Il fallait tout faire selon les règles. Pas d'erreurs ... une erreur, et on était renvoyé. Pour les dix premières années, le quart de travail consistait à contrôler le mouvement des trains sur deux subdivisions. En gros, il fallait contrôler le mouvement des trains sur 4 subdivisions à partir d'un seul bureau. Au début, il y avait l'ordre de marche. Il y avait un bureau d'inspection des trains à Bishop's Falls et un autre à St. John's.

En 1966, en août 1966, le bureau de Bishop's Falls a été déménagé à St. John's, de sorte qu'il y avait deux bureaux à St. John's et un régulateur dans chacun d'eux. La seule chose ... on voulait travailler avec le chef, et il y avait aussi un commis, mais le travail du régulateur était de donner les ordres de marche, d'espacer les trains et de les garder à l'heure. Ça n'était pas toujours pareil, surtout quand il y avait un déraillement, une tempête de neige, un ravinement ou quoi que ce soit qui retardait le mouvement normal des trains. Quand tout était réparé ou que le train était de nouveau sur les rails, les opérations reprenaient et c'est là que ça devenait difficile.