En voiture! Pour explorer le chemin de fer de Terre-Neuve

Les employés du chemin de fer

Les employés du chemin de fer

Wayne Greenland - Service dans le wagon-restaurant

Wayne Greenland parle du service dans le wagon-restaurant

JavaScript doit être activé et la dernière version d'Adobe Flash Player doit être installé pour interagir avec cette page

Durée: 4:33 Min
La taille du fichier: 11.9 Mo
Transcription

Au cours de ma carrière dans les trains, j'ai assuré le service dans les wagons-lits et les wagons-restaurants. C'était en 1966-1967. J'ai été serveur, préposé à l'office et, à l'occasion, porteur. Il y avait beaucoup, beaucoup de voyageurs. Il n'était pas rare d'avoir 500 voyageurs. Nous étions debout toute la journée, mais à l'époque où j'ai travaillé, l'équipe du wagon-restaurant disposait de son propre wagon-lits. Nous n'étions pas obligés de dormir sur des chaises dans le wagon-restaurant. Nous étions, plus ou moins, des employés de première classe. On nous enseignait à dresser la table avec serviettes et napperons et tout. La nourriture était excellente. Et j'ai fait cela jusqu'à ce que je change de service. Ensuite, j'ai travaillé dans le parc à voitures, à St. John's, et la fonction du parc était essentiellement de pourvoir les trains de voyageurs en eau, puis de prendre de la glace dans la glacière et d'en mettre autour des fontaines à boire. Je devais en outre m'occuper des omnibus... les trains de marchandises qui comptaient des voitures de voyageurs et des wagons de marchandises de la ligne de la côte. Je devais aussi conduire le chariot à bagages pour l'express, qui partait trois soirs par semaine. C'était un chariot électrique, l'un des tout premiers en usage à Terre-Neuve, grâce auquel on montait les bagages dans le train.

J'ai vu beaucoup de situations cocasses quand je faisais ce travail. Nous transportions les dépouilles mortelles vers les ports de la côte sud, et vous pouvez imaginer les valises surmontées de fleurs en plastique qu'il fallait monter dans le train. Par la suite, j'ai travaillé aux réservations. Peu de gens le savaient, mais le système était déjà informatisé au milieu des années 1960. Nous avions, à Terre-Neuve, le seul accès informatisé aux trains du continent. Il n'y avait pas d'écran. Tout se faisait par stylo ou crayon graphique, avec une imprimante et un lecteur. Les réservations pour les navires côtiers, les traversiers... toutes ces réservations étaient traitées en bas, dans le bureau des ventes voyageurs, en plus de celles pour les trains de l'île. Il y avait une grande activité dans ce bureau.