En voiture! Pour explorer le chemin de fer de Terre-Neuve

Le musée

Trésors du musée

Gordon Barnes - Malle de voyage perdu

Gordon Barnes parle du malle de voyage perdu

JavaScript doit être activé et la dernière version d'Adobe Flash Player doit être installé pour interagir avec cette page

Durée: 2:13 Min
La taille du fichier: 7.9 Mo
Transcription

Ceci est une malle qui appartenait à une jeune dame du nom de Mildred Coombs. Elle a épousé ce jeune homme du nom de Rodway et ils partaient en direction de la Nouvelle-Écosse pour leur lune de miel ou pour prendre des vacances juste après leur mariage. Le train a déraillé aux environs de la région de Linwood, à Terre-Neuve. Le train était éclairé par des lampes et, comme c'était la nuit, ils étaient au lit. Le train a pris feu et le jeune mari, Moses Rodway, a tenté de sauver sa femme, mais ils ont péri tous les deux dans l'accident.

La malle a survécu à l'accident et Marion Anderson, qui était mariée à un officier de marine canadien, s'en allait et son père lui a recommandé de ne pas acheter de malle, mais de prendre celle de sa tante Mildred. Et c'est ce qu'elle a fait et lorsqu'elle a appris que le musée ouvrait ici, elle a estimé que cette malle serait un artefact intéressant pour nous. Elle m'a donc appelé pour savoir si je la voulais et, bien sûr, j'ai accepté. Au cours de l'été 2002, elle l'a mise à bord de sa voiture et est venue me la remettre. Voilà pourquoi la malle se trouve dans ce musée en tant qu'un de nos précieux artefacts.

Ici, nous avons une lettre que le ministre de Harbor Buffin avait écrite à ses parents. Ce qui est intéressant à propos de cette lettre, c'est qu'elle est bordée de noir. Celle-ci en est une copie, mais nous avons l'original ici dans le musée. Lorsque j'étais enfant, je me souviens avoir entendu des chansons qui parlaient de « lettres bordées de noir » et d'en avoir entendu parler, mais je n'en avais jamais vu une. Et celle-ci est la seule que j'aie jamais vue. Vous pouvez voir que la lettre a une bordure noire tout autour. Il paraît que ceci était commun à l'époque lorsqu'on écrivait pour annoncer un décès, ou pour offrir ses condoléances, ou encore pour renseigner sur une mort. La lettre était alors bordée de noir et vous saviez que vous receviez une mauvaise nouvelle ou du moins une quelconque nouvelle triste.