En voiture! Pour explorer le chemin de fer de Terre-Neuve

Les employés du chemin de fer

Une journée dans la vie d'un steward

Larry Hickey - L'hospitalité dans les petits ports isolés

Larry Hickey parle de l'hospitalité dans les petits ports isolés

JavaScript doit être activé et la dernière version d'Adobe Flash Player doit être installé pour interagir avec cette page

Durée: 2:28 Min
La taille du fichier: 9.5 Mo
Transcription

Je me rappelle la première fois où j'ai fait l'expérience de l'hospitalité dans les petits ports isolés. Vous savez, j'ai grandi à St. John's, mais comme ma mère venait de Bay L'Argent, je connaissais les baies comme Bay L'Argent. Mais c'est seulement lorsque j'ai travaillé sur les navires côtiers que j'ai vraiment compris la mentalité de ces endroits. Quand on connaît les gens et les endroits, qu'on connaît leur histoire, on comprend - et c'est pourquoi je suis un guide maintenant, parce que j'aime l'histoire de Terre-Neuve, comment et quand nous sommes venus ici, et qui nous sommes. Donc... j'étais sur le Codroy en 1953, l'année du couronnement de la reine Élisabeth, une belle célébration.

À bord du bateau, il y avait un gars de l'île Middle Day. Il était sur le pont avec nous, et le bateau était amarré là pour la nuit. Il m'a alors invité à rencontrer sa mère et son père. Une fois chez lui, nous avons mangé du pain et des confitures maison et de la mélasse. J'ai pensé que c'était fantastique, parce que je n'en avais probablement mangé que chez ma grand-mère. Mais j'étais un étranger dans cette île, et on m'accueillait à bras ouverts. Madame Tucker m'a donné à manger, m'a serré dans ses bras et m'a embrassé comme l'aurait fait ma mère. Ce genre d'hospitalité n'a pas de prix, et les gens étaient comme ça. Sur la côte... je sais bien qu'on ne peut pas arrêter le progrès, mais quand la route s'est rendue dans tous ces endroits, les choses ont changé un peu. Vous savez, dans les petits endroits, il n'y avait pas beaucoup de distractions et on ne pouvait en sortir que par bateau. Et c'est pourquoi on finissait par connaître tout le monde. Mais lorsque la route a été construite, les choses ont changé. On ne voyait plus autant de monde sur le quai, parce que les marchandises et le courrier arrivaient par la route. Avant, les gens avaient besoin de venir sur le quai. Ils venaient chercher un colis venant de Eaton's ou de Sears, un catalogue ou je ne sais quoi. Tout cela a changé, sauf les gens eux-mêmes. Ils n'étaient plus en grand nombre, mais ils restaient accueillants, et j'avais beaucoup de respect pour eux.

C'était ma première expérience de l'hospitalité des gens de la côte, et ce ne fut pas la dernière. J'ai bénéficié de cette hospitalité pendant de nombreuses années et c'était chaque fois merveilleux.