En voiture! Pour explorer le chemin de fer de Terre-Neuve

Histoire du chemin de fer et des navires côtiers

Les repas et les divertissements

Charles Chaytor - Les serveurs de la salle à manger

Charles Chaytor: Entretien sur la tenue et la conduite des serveurs de la salle à manger

JavaScript doit être activé et la dernière version d'Adobe Flash Player doit être installé pour interagir avec cette page

Durée: 2:06 Min
La taille du fichier: 457 Mo
Transcription

Le jour, nous étions toujours dans le wagon-restaurant, et il fallait que notre service dans ce wagon soit toujours impeccable. Par exemple, nous devions voir à ce que la nourriture, comme les tartes et les autres plats que nous servions, soit préparée correctement et nous devions voir à ce que les ustensiles et les couverts soient propres. Nous-mêmes, les serveurs, nous devions porter des pantalons noirs et une veste blanche. C'est ainsi qu'on nous disait de nous habiller et nous devions le faire. Des gens venaient de Montréal et Québec pour inspecter tout le monde. Et ils remarquaient tout, par exemple, j'étais le second serveur et ils m'ont fait la remarque que le second serveur devait porter un insigne attaché au revers gauche de sa veste l'identifiant comme second serveur. C'était pour la raison que si jamais quelque chose se produisait, qu'on aurait pu dire que le second serveur sur le « Newfie Bullet » comme on l'appelait à l'époque, sur la ligne de Port aux Basques, était un peu moins rigoureux, qu'il s'occupait mal des passagers. Et c'est comme cela que ça se passait.

Et nous devions être toujours rasés, même lorsque le train était immobilisé. Par exemple, nous sommes restés bloqués pendant six jours. Nous étions tous ensemble dans le wagon-restaurant et nous devenions vraiment inquiets parce que nous commencions à manquer de produits de rasage, comme des lames et autres articles, et il nous fallait continuer d'être bien mis et voir au service des gens et à nous en occuper correctement. Et cela, même lorsque nous étions immobilisés et que tous les repas étaient gratuits.

Et il y avait un type qu'on appelait le préposé à l'office. Il lavait la vaisselle, et c'était un emploi à temps plein. Il avait toujours les deux mains dans l'évier et nous l'avions surnommé le « pêcheur de perles ». Ce type, qui s'appelait Scott, avait dû se faire soigner par un médecin pour une inflammation à un bras parce qu'il avait constamment les mains dans l'eau à laver la vaisselle.