En voiture! Pour explorer le chemin de fer de Terre-Neuve

Histoire du chemin de fer et des navires côtiers

Le chemin de fer terre-neuvien

Page précédente Page 9 Page suivante

Le service de télégraphie

En 1887, des lignes de télégraphie sont posées d'Avondale à Trinity, à Catalina et à Bonavista; de La Poile à St. George's, à Humbermouth et à Tilt Cove; de Shoal Harbour à Gambo et à Greenspond; de Long Harbour à Bay L'Argent, à Burin et à Fortune; de Gambo à Fogo, à Change Islands et à Twillingate. En 1892, une enquête sur le système public dirigée par le secrétaire de la colonie Robert Bond révèle que sa comptabilité est inextricablement liée à celle d'AAT.

Le premier câble transatlantique est posé en 1865 à Heart's Content, à Terre-Neuve, et le monopole est attribué à l'Anglo-American Telegraph Company. Cette ligne de télégraphie de l'ATT qui dessert le sud de Terre-Neuve profite peu au chemin de fer et laisse la côte nord sans service. Le gouvernement a donc besoin d'un service de télégraphie et, en 1893, il passe un contrat avec Reid pour en faire construire un. Par la suite, Reid achète le service par le contrat de 1898. Le gouvernement rachète le service en 1901 pour un million et demi de dollars, montant ayant été déterminé par arbitrage. Le gouvernement construit une nouvelle ligne de télégraphie le long du chemin de fer et les agents de station de Reid en assurent le service.

Le poste de régulation des trains est le centre névralgique du chemin de fer. Il est maître du déplacement de tous les trains en tout moment. Pendant un certain nombre d'années, la ligne est séparée en deux, le centre de régulation de la division de l'ouest est assurée depuis Bishop's Falls, et celle de la division de l'est, à partir de St. John's.

En plus d'administrer le chemin de fer, R.G. Reid est tenu par contrat à installer une ligne de télégraphie le long de la voie ferrée. En 1898, Reid achète la ligne de télégraphie existante pour 125 000 $ et convient d'exploiter le système pour une subvention annuelle de 10 000 $. En 1905, Reid vend le service de télégraphie à la Newfoundland Postal Telegraphs pour la somme de un million et demi de dollars.

La majeure partie du chemin de fer de Terre-Neuve passe dans des régions éloignées et inhabitées. Le déplacement des trains est réglementé en grande partie par des ordres de marche télégraphiés depuis un bureau central aux quelques stations disséminées le long de la ligne où des installations sont prévues pour les trains qui se croisent.

Le conducteur-mécanicien d'un train de marchandises ou de voyageurs se déplaçant en direction de l'ouest reçoit un ordre de marche lui intimant de se rendre à la station A, où il croisera un train facultatif comme le no 204 se dirigeant vers l'est. Sur sa route, il peut passer devant plusieurs stations, toutes équipées des sémaphores habituels conçus pour ce type de ligne. Si le bras pointe vers le bas, cela veut dire qu'il n'y a pas d'ordre nouveau ou contraire et que le train peut poursuivre sa route sans s'arrêter. Si le bras pointe tout droit, cela veut dire qu'il faut arrêter le train pour prendre connaissance de nouveaux ordres de marche.

Les chasse-neiges rotatifs qui servent à déneiger la voie ferrée dans la région de Gaff Topsail balayée par les tempêtes brisent souvent la voie à cause du poids de la neige qu'ils projettent.

Le régulateur des trains W.J. Chafe à la station de télégraphie de Bishop's Falls, 1914.
Bishop's Falls, 1914. Comme bien d'autres jeunes Terre-Neuviens, W.J. Chafe a suivi des cours privés de télégraphie dans l'espoir d'obtenir un emploi au chemin de fer. Il a longtemps été chef régulateur des trains et a pris sa retraite du chemin de fer en 1962. Soeur Loretta Chafe.
Trois inconnus au bureau de télégraphie d'un port isolé.
Bureau de télégraphie d'un port isolé. Le contrat attribué à Reid en 1893 comprenait l'installation d'un service télégraphique tout le long de la ligne du chemin de fer. Les lignes locales des côtes nord et ouest étaient reliées à ce service. Harry Cuff Publications.