En voiture! Pour explorer le chemin de fer de Terre-Neuve

Histoire du chemin de fer et des navires côtiers

Le chemin de fer terre-neuvien

Page précédente Page 12 Page suivante

De la vapeur au diesel

Entre 1953 et 1956, 41 locomotives diesels spécialement construites pour des voies à écartement étroit viennent remplacer les anciennes locomotives à vapeur. Douze autres locomotives diesels sont livrées entre 1958 et 1960. En tout, 1 400 pièces de matériel roulant sont ajoutées au réseau, dont des wagons à bestiaux, des wagons-tombereaux et des wagons frigorifiques. Le Canadien National est la première compagnie de chemin de fer au monde à utiliser sur des châssis pour voies étroites des wagons couverts en acier de 40 pieds, soit des wagons de dimension normale. Une centaine de wagons de marchandises de dimension normale sont employés ainsi. Les wagons de dimension normale ont l'avantage de contenir le tiers de marchandises de plus que les wagons pour voies étroites.

Pour que le chemin de fer puisse accommoder des trains de poids et de vitesse supérieurs, le CN entreprend de remplacer les rails de 75 livres par verge linéaire de la ligne principale par des rails plus solides de 85 livres. Pour répondre aux demandes croissantes imposées au nouveau système, de nouvelles gares de triage sont établies à Corner Brook, à Bishop's Falls et à Port aux Basques. Les installations existantes sont agrandies par l'ajout d'ateliers diesel, d'ateliers de réparation, d'entrepôts, de stations, de ponts en acier et de ponceaux. Les traverses en bois de résineux non traité dont la durée de vie utile est de cinq ans sont remplacées par 2 480 000 nouvelles traverses traitées pour durer 25 ans. Quelque 1 600 000 verges cubes de pierres concassées servent à remplacer le ballast fait d'un mélange d'argile et de gravier de qualité inférieure. Sept nouveaux navires, y compris des porte-conteneurs et des traversiers ferroviaires viennent grossir la flotte de navires côtiers.

Dans les années 1960, les trains de voyageurs ordinaires comprennent deux locomotives diesels et une douzaine de voitures - un peu plus durant les fins de semaine estivales. Les voitures-lits sont nommées d'après une localité de la province: Fogo, Gander, Humber, Lewisporte, etc. Les voitures à couloir central sont numérotées.

Jusque là, aucun traversier ferroviaire n'assure la desserte de Terre-Neuve. Un chargement en partance de St. John's peut être chargé à bord du train à St. John's, transporté à Port aux Basques, déchargé, chargé dans un navire, transbordé au terminal de North Sydney, puis chargé dans un train continental. Le traversier ferroviaire remplace ce mode de transport inefficace et dispendieux. Les cargaisons alors chargées à Terre-Neuve ne sont déchargées qu'une fois rendues à destination, et ce, partout en Amérique du Nord. Le traversier ferroviaire est aussi associé à la seule installation pour voies à écartement normal à Terre-Neuve, à savoir une locomotive de manoeuvre sur un court tronçon de rail au terminal de Port aux Basques.

Dans le but de répondre à l'accroissement de la circulation automobile, le Canadien National met en service les seuls wagons porte-automobiles à deux étages pour voies étroites au monde. Vingt de ces wagons, tous équipés pour porter six automobiles, sont fabriqués dans les ateliers ferroviaires à St. John's.

En 1973, le CN établit une unité distincte pour ses services maritimes et ses traversiers qui deviendra CN Marine en 1976 et Marine Atlantique en 1986. Étant donné l'expansion des routes dans la province, les services de caboteurs ne sont plus fournis que sur la côte sud et au Labrador. Dans les années 1990, un réseau de traversiers exploités par la province assure la desserte de la côte sud, remplaçant les caboteurs.

Wagon d'entretien à la gare de Whitbourne, 1981.
Wagon d'entretien à la gare de Whitbourne. Septembre 1981. Collection Fabian Kennedy.
Traversier ferroviaire du Canadian National.
Traversier ferroviaire du Canadien National. Ce mode de transport permettait de charger les marchandises à Terre-Neuve et de les décharger uniquement lorsqu'elles arrivaient à destination, n'importe où en Amérique du Nord. Collection Fabian Kennedy.
Le MV William Carson avançant péniblement dans la glace.
Le MV William Carson pris dans les glaces. Le bateau a été perdu au large des côtes du Labrador en juin 1971. Archives provinciales, The Rooms