En voiture! Pour explorer le chemin de fer de Terre-Neuve

Histoire du chemin de fer et des navires côtiers

Les accidents et le temps

Page précédente Page 6 Page suivante

La girouette humaine

Des vents violents soufflent sur le morne Gaff Topsail à longueur d'année. À l'époque de la voie ferrée, les vents de la région du ruisseau Wreckhouse étaient surtout connus en raison d'un homme qui avait la capacité de les prédire. Il s'appelait Lauchie MacDonald.

Lauchie habitait une maison basse en bardeaux de bois dans la plaine près de la voie ferrée, directement sur le chemin du vent. Il évaluait la force du vent par la manière dont sa maison tremblait sous l'effet de celui-ci. Lorsqu'il croyait que les trains s'exposaient à un danger, il en informait l'agent du chemin de fer à Port aux Basques. Par précaution, l'agent empêchait le départ des trains et avisait le répartiteur à Bishop's Falls de retenir les trains arrivant à la gare de St. Andrews. En 1950, ce système de répartition des trains selon l'opinion de quelqu'un assis dans sa maison situé à proximité de la voie ferrée à des milles plus loin et qui n'était même pas un employé du chemin de fer fut jugé anachronique par les professionnels du chemin de fer du Canadien National. Ils décidèrent d'ignorer les conseils de Lauchie. C'est ainsi qu'un train quitta Port aux Basques malgré les avertissements. Les vents forts renversèrent trois wagons du train qui se dirigeait vers la région de Wreckhouse. Plus tard, on tenta une méthode plus scientifique: l'installation d'un anémomètre dans la plaine entre la base de la montagne et la voie ferrée avec une ligne terrestre fournissant de l'information à un indicateur à Port aux Basques. Toutefois, le vent du sud-est soufflant de la plaine arracha l'anémomètre. Lauchie, qui résistait vraiment mieux aux vents, conserva son job pour un certain temps.

Photo de Lauchie McDougall assis sur la voie ferrée.
Lauchie McDougall (1896-1864). La compagnie ferroviaire embaucha Lauchie pour aviser Port aux Basques lorsqu'il déterminait en humant le vent qu'il était risqué de faire circuler les trains. Collection des retraités du CN.
Train couché sur le côté à la suite d'un déraillement survenu en 1949.
Déraillement de la locomotive à vapeur no 119 sur la voie d'évitement du quai à Humbermouth, le 27 août 1940. Musée et archives de Corner Brook.