En voiture! Pour explorer le chemin de fer de Terre-Neuve

Histoire du chemin de fer et des navires côtiers

Les accidents et le temps

Page précédente Page 7

Les accidents

Les déraillements constituaient un danger constant pour les trains et leurs passagers. Ils pouvaient être causés par la neige abondante, des communications défectueuses, la dilatation des voies ferrées, la présence sur la voie ferrée d'orignaux ou d'autres gros animaux ou des courbes désalignées à cause du glissement du ballast. Chaque hiver, la neige occasionnait des retards, et chaque printemps, on était témoin de tronçons de rails ou de chevalets qui étaient emportés par la glace des rivières. La courbure et l'inclinaison de la voie ferrée étroite causaient également des déraillements fréquents.

Les collisions entre deux trains étaient les accidents les plus graves. Le nombre d'accidents ferroviaires a augmenté durant la Seconde Guerre mondiale en raison du trafic accru et de l'équipement inadéquat.

Le premier accident ferroviaire fatal eut lieu près d'Upper Gullies en juillet 1882, lorsqu'une femme demanda si elle pouvait monter à bord d'un wagon plat avec des ouvriers retournant à St. John's. On refusa, mais elle tenta quand même de sauter dans le train en mouvement. Elle glissa, tomba entre deux wagons et perdit ainsi la vie.

Une vache qui flânait sur la voie ferrée causa le déraillement de la locomotive no 60 près de la gare de St. John's en 1901.

En janvier 1917, une collision frontale entre une locomotive se dirigeant vers l'ouest et un train à marchandises se dirigeant vers l'est eut lieu entre Gallens et Harrys Brook. Une locomotive fut gravement endommagée, et son chauffeur gravement blessé. Le mécanicien du train se dirigeant vers l'ouest avait mal lu ses instructions.

En janvier 1917, les nouveaux mariés Mildred (Coombs) et Moses Rodway parcouraient Terre-Neuve par train. Le jeune couple se dirigeait vers Port aux Basques, où il prévoyait prendre le traversier pour sa lune de miel en Nouvelle-Écosse.

Comme c'était l'usage à l'époque, les hommes et les femmes, même s'ils étaient mariés, dormaient dans des wagons distincts. Aux petites heures du matin, les Rodway étaient dans leur couchette lorsque leur heureux périple prit une tournure tragique. Quatre milles à l'est de Glenwood, deux wagons sortirent des et se renversèrent. Les lampes à huile qui éclairaient les wagons éclatèrent sous le coup de l'impact, ce qui propagea les flammes. Le wagon de Moses Rodway fut épargné des flammes, mais Mildred ne fut pas aussi chanceuse. Conscient du danger, Moses se précipita dans le wagon en feu pour sauver sa femme. Les deux périrent dans cet accident.

En mars 1942, un train mixte circulant entre Bonavista et Clarenville dérailla dans un endroit éloigné en raison de la neige. L'impact de l'accident catapulta un passager sur toute la longueur de la voiture des passagers. On informa l'équipage du train et les 30 passagers qu'il faudrait au moins deux ou trois jours avant qu'ils puissent être secourus. Sans nourriture, des gens, y compris des femmes et de petits enfants, parcoururent péniblement 18 milles le long de la voie ferrée avant d'atteindre un lieu sûr.

vidéos
Cliquer pour voir des vidéos
Photographie de Mildred et Moses Rodway.
Après leur mariage en février 1917, Mildred (Coombs) et Moses Rodway prirent le train pour aller à Port aux Basques. À environ 6,4 kilomètres à l'est de Glenwood, leur train eut un accident dans lequel ils périrent. Railway Coastal Museum.
Malle de voyage ayant appartenu à Mildred Rodway sur exhibition.
Malle de voyage et vêtements ayant appartenu à Mildred, qui était âgée de 22 ans. Railway Coastal Museum.
Chasse-neige rotatif allant à la rescousse d'un train bloqué, en 1918.
En avril 1918, un chasse-neige rotatif vient porter secours à un train coincé dans la neige. Collection A.R. Penney.