En voiture! Pour explorer le chemin de fer de Terre-Neuve

Les employés du chemin de fer

Une journée dans la vie d'un régulateur de trains

Page précédente Page 2 Page suivante

La vie d'un régulateur des trains

En 1966, Hill est devenu régulateur des trains. Son travail consistait principalement à espacer les trains et à les garder à l'heure, un peu comme le font les contrôleurs aériens. Chaque année, le CN publiait des règlements qui renfermaient de l'information générale et des règles sur le fonctionnement des trains, comme la signification des signaux fixes, sonores et manuels; la forme, la présentation et la signification des ordres de marche; et les fonctions et obligations de toutes les catégories d'employés. L'indicateur renfermait les numéros et les horaires des trains, leurs points de croisement, la distance entre chaque gare ainsi que les endroits où les ordres de marche pourraient être émis.

Comme régulateur, Hill devait voir à ce que les ordres de marche, qui devaient être adressés à des trains particuliers, concordent avec l'horaire des trains et le règlement d'exploitation. Le régulateur devait veiller à ce que les trains circulent bien et soient à l'heure, à ce que les trains qui devaient se croiser le fassent au bon moment et aux endroits désignés et que les trains attendent aux emplacement déterminés pour laisser passer d'autres trains.

Assurer la circulation fluide des trains

Les régulateurs des trains devaient bien connaître les caractéristiques physiques du territoire ferroviaire dont ils étaient responsables ainsi que les capacités opérationnelles des locomotives employées. Les régulateurs chevronnés connaissaient le tempérament des mécaniciens de locomotive et des chefs de train et intégraient ce savoir dans les décisions opérationnelles. Les régulateurs des trains efficaces s'appuyaient sur les règlements, les horaires, les ordres de marche et leur expérience personnelle pour faire circuler un grand nombre de trains dans le territoire qui leur était confié avec peu de retard pour les trains, et ce, même dans les territoires où il n'y avait qu'une voie unique. Au moins une fois par année, Hill prenait la route pour se maintenir au courant des particularités des opérations extérieures liées à son travail. Ces voyages l'ont amené régulièrement à Clarenville, Bishop's Falls, Corner Brook et Port aux Basques. Durant ses années de service comme régulateur des trains pour le CN, Graham Hill devait, à l'instar de tous ses homologues de partout au pays, suivre une formation de deux semaines pour mettre ses compétences à niveau.

Les quarts de travail des régulateurs étaient toujours très occupés et complexes. Hill se souvient qu'il n'était pas toujours facile de voir à ce que tout fonctionne bien. Toutefois, il arrivait souvent que le mauvais temps comme les tempêtes hivernales ou les périodes de pluies abondantes rende certaines sections de la voie ferrée impraticables, à cause des bancs de neige, des ravinements de la voie, des déraillements. Dans de telles situations, il fallait prendre des dispositions pour faire faire les réparations, aller chercher les voyageurs laissés sur place ou envoyer des chasse-neige. Cela perturbait beaucoup les tâches du régulateur et, de se souvenir Hill: Quand les trains étaient de nouveau prêts à opérer, il fallait travailler comme un fou pour se rattraper dans les activités régulières.

Des boîtes renfermant des prises téléphoniques avaient été installées à divers endroits pour les situations d'urgence. Les conducteurs des trains ou les cantonniers pouvaient se servir de leurs téléphones portatifs pour communiquer avec le régulateur des trains. Pour ce faire, ils n'avaient qu'à attacher le fil de la boîte du jack, puis à insérer la fiche dans la boîte du jack.

Photo de la gare de Glenwood en hiver, à la fin des années 1970.
La gare de Glenwood a été l'une des nombreuses gares où a travaillé Graham Hill comme télégraphiste et comme régulateur des trains. Collection Graham Hill.
La couverture extérieure de l'indicateur du CN, 1972.
L'indicateur renfermait les numéros et les horaires des trains, leurs points de croisement et les endroits où les ordres de marche pouvaient être émis. Collection des retraités du CN.
Carte des principales gares ferroviaires à Terre-Neuve, en 1972.
Carte de Terre-Neuve sur laquelle sont indiquées les gares de la ligne principale et des lignes secondaires, en 1972. Collection des retraités du CN.
Photo de la gare de Clarenville au début des années 1980 sur laquelle on aperçoit un train sur la voie ferrée.
La gare de Clarenville était l'une des cinq gares où se trouvait un bureau de régulation des trains. Collection Graham Hill.
Le régulateur à la retraite Graham Hill avec la boîte portative des régulateurs des trains, 2009.
Graham Hill tient la boîte portative des régulateurs des trains. Ute Simon.