Terre et esprit
espace
MusÈe virtuel du Canada
espace
au fil de la riviere bonnechereChronologiefouilles en lignecollectionsRessources p¯©dagogiques
Photograhie: un homme et d'une femme fouillant un carré

Vie souterraine : comment un artefact se fait enterrer

L’eau, les arbres, les fourmis et les hommes ont en commun qu’ils enterrent tous des choses. Les fourmis enterrent les choses en travaillant ; les racines des arbres poussent le sol ; l’eau fait bouger et enfoncer les choses au fil des gels et dégels ; et les hommes cachent les choses pour les soustraire à la vue ou pour les protéger.

Imaginez que vos clefs tombent à terre pendant une promenade en campagne. À moins que quelqu’un ne les voit et les ramasse, elles vont se faire recouvrir par des feuilles ou de la terre. Des insectes et des rongeurs vont faire bouger le sol et les enfouir de plus en plus profondément. Le gel et la pluie peuvent faire bouger le sol… À moins que l’on ne creuse à cet endroit pour une raison ou une autre, personne ne saura jamais que des clefs sont sous le sol à cet endroit.

Les archéologues fouillent — excavent — cherchant toutes sortes de choses perdues ou enterrées. Ces choses sont des artefacts. Les méthodes scientifiques des archéologues nous indiquent comment trouver correctement un artefact. Tous les archéologues vous le diront : les objets les plus extraordinaires peuvent sortir des endroits les plus banals.

Ce qui se passe sous terre n’est vraiment pas banal…

Découvrir les trésors de la petite rivière Bonnechere

Un tesson. Une soucoupe cassée. Une pointe de projectile.

De nos jours, il reste peu de témoins de l’histoire humaine au fil de la rivière Bonnechère. Il y a un siècle, les entreprises forestières ont quitté la région en quête de forêts non exploitées, laissant leurs baraques de chantier en proie à la pourriture. Puis, lors de l’agrandissement du parc Algonquin, on a réutilisé, déplacé ou brûlé la plupart des bâtiments d’origine. C’est pourquoi une grande part des connaissances que nous avions à propos de cette époque et de ces lieux provenait d’interviews réalisées auprès d’anciens résidents ou de photographies, de journaux et d’histoires d’antan, transmis de génération en génération ou soigneusement conservés dans les archives.

Puis, nous avons commencé les fouilles.

Le personnel des parcs provinciaux Bonnechère et Algonquin, avec l’aide de la section d’Ottawa de la Société archéologique de l’Ontario, a élaboré un programme d’archéologie publique le long de la petite rivière Bonnechère. Aux visiteurs et aux groupes scolaires intéressés à la science de l’archéologie et à l’histoire du cours d’eau, on offre la possibilité de creuser l’histoire. Jusqu’ici, les archéologues, tant professionnels qu’amateurs, ont fait des découvertes incroyables, qui vont de débris de bouteilles et d’assiettes trouvés le long des fondations d’un gîte à des outils datant de la fin de la période archaïque. Une des pointes de projectile exhumée pourrait avoir 5 000 ans!

Alors, comment se déroulent les fouilles?

Tout le monde peut devenir un archéologue en ligne, mais il faut d’abord connaître certaines bases. Le cours d’Archéologie 101 vous apprendra les rudiments de la fouille.

Voir l’activité Achéologie 101
(409 Kb Module externe requis : Acrobat Reader)

Voir l’activité Achéologie 101 : Solutions
(385 Kb Module externe requis : Acrobat Reader)

Aller directement au site des fouilles
(Module externe requis : Macromedia Flash Reader)