M u s e u m  C r e a t e d  L e s s o n

Cours 4 : Le protocole diplomatique à l'amérindienne

PCmahM Add to My Content  Add this lesson to My Content  
Pointe-à-Callière, musée d'archéologie et d'histoire de Montréal, Montréal, Quebec

The Great Peace of Montréal, 1701
The Great Peace was a very significant event, bringing together over a thousand people from various First Nations with the French in Montréal to sign a peace treaty.
View the collection

Learning Object Collection: The Great Peace of Montréal, 1701
Chronology of the Great Peace
Pointe-à-Callière, musée d'archéologie et d'histoire de Montréal.
© 2012, Pointe-à-Callière, musée d'archéologie et d'histoire de Montréal. All Rights Reserved.
View the complete media file

Learning Object Collection: The Great Peace of Montréal, 1701
Learning Object: Timeline
Matériel nécessaire à la leçon
- Un ordinateur
- Une connexion Internet pour consulter l'exposition virtuelle La Grande paix de Montréal 1701, (http://198.50.156.175/)
- Des feuilles et des crayons
Méthode de travail
En groupe classe et en équipe.

Note pédagogique
Comme le montre bien l’exposition virtuelle, le contenu de ce cours est très riche. La présentation détaillée du cours offre donc ici plusieurs possibilités de développement et permet au professeur d’en adapter au mieux le contenu aux intérêts de sa classe. Afin de rendre la présentation plus attrayante, ce cours utilise abondamment les illustrations iconographiques fournies par le musée : elles servent de point de départ aux présentations de contenu plus théorique.
Introduction du cours
Les relations diplomatiques entre les peuples autochtones étaient très codifiées et suivaient un protocole strict. Afin d’établir des liens politiques et économiques durables avec les nations amérindiennes, les Européens – tant Français que Britanniques – durent s’adapter à ces rituels et les respecter. Dans un contexte de tensions entre les futurs signataires de la Grande Paix, il était particulièrement nécessaire que chaque intervenant se conforme à ces codes et honore sa parole : le moindre faux pas risquait en effet d’interrompre les négociations présidées par Callière.
Déroulement suivi du cours
Rappelez aux élèves les objectifs du cours :
1) comprendre les rituels diplomatiques autochtones (protocole et rôle des captifs de guerre);
2) comprendre le rôle clé joué par certains acteurs (notamment Callière et Kondiaronk).
Étape 1
Demandez aux élèves, en groupe classe, s’ils comprennent ce que veut dire l’expression «protocole diplomatique» et s’ils peuvent en donner des exemples.

Les exemples donnés en réponse pourraient être du type : échange de cadeaux lors d’une réception d’un chef d’État; tenues vestimentaires adaptées pour un dîner avec le premier ministre du Canada ou le Président des États-Unis; respect des codes en présence de souverains (faire la révérence devant la Reine d’Angleterre ou ne pas la « toucher » par exemple), etc.
Étape 2
Indiquez ensuite qu’il existait aussi, chez les Autochtones du 17e siècle, des protocoles diplomatiques qui devaient être respectés lors des rencontres pour discuter de la paix. Ces protocoles pouvaient être très complexes et contribuaient à étirer le temps des négociations, les premiers jours étant parfois entièrement consacrés aux échanges rituels sans qu’on parle vraiment de l’objet des négociations.

Précisez aux élèves que vous allez tenter de voir avec eux quels étaient les protocoles diplomatiques autochtones de l’époque.
Étape 3
Demandez aux élèves de lire la section «Négociations et discussions» présenté sur le site dans la section Rendez-vous à Montréal.
Étape 4
Demandez aux élèves, en groupe classe, ce que les textes nous apprennent sur le déroulement des négociations.

Les réponses, qui peuvent être variées, doivent permettre de faire ressortir les éléments suivants :
- Toutes les nations en présence prennent la parole lors de ces négociations
(« Les ambassadeurs amérindiens tiennent audience à tour de rôle »).
- Les discours de ces ambassadeurs peuvent être parfois très longs.
(« Dans ce discours de plus de deux heures, Kondiaronk témoigne …»)
- Dans le cadre de négociations avec les Européens, les nations amérindiennes s’adressent principalement au représentant européen, en l’occurrence, ici, le gouverneur de la Nouvelle-France, Callière.
- Les négociations ne sont pas toujours faciles
(« Les alliés sont indignés et déçus! » et « Un second coup de théâtre survient quelques heures après ce discours mémorable : Kondiaronk meurt, emporté par la maladie »)
Étape 5
En vous aidant du matériel iconographique présenté dans l’exposition virtuelle, expliquez aux élèves les principales étapes du protocole diplomatique.
Étape 5.1
Thème 1: des démarches préalables à la rencontre: carte du périple de Courtemanche; illustration support de la collection d'apprentissage:
Travels of Augustin Le Gardeur de Courtemanche through the Upcountry
Travels of Augustin Le Gardeur de Courtemanche through the Upcountry. This trip shows the magnitude of the Great Peace.
Travels of Augustin Le Gardeur de Courtemanche through the Upcountry. This trip shows the magnitude of the Great Peace which is the result of many diplomatics projets during severals years.

Catherine Trottier
Illustration



© 2012, Pointe-à-Callière, musée d'archéologie et d'histoire de Montréal. All Rights Reserved.
View the complete media file

Learning Object Collection: The Great Peace of Montréal, 1701
Learning Object: Timeline
Étape 5.2
Thème 2 : les échanges de cadeaux et de wampum ; illustration support de la collection d'apprentissage:
Commemorations of the Great Peace
Commemorations of the Great Peace of 1701
Commemorations of the Great Peace. This event occured in Montréal in 2001 at Pointe-à-Callière, Montréal Museum of Archaeology and History.

René Fortin
Photo



© 2012, Pointe-à-Callière, musée d'archéologie et d'histoire de Montréal. All Rights Reserved.
View the complete media file

Learning Object Collection: The Great Peace of Montréal, 1701
Learning Object: Native diplomacy
Étape 5.3
Thème 3 : les négociations proprement dites (les discours); des négociations publiques….et privées (si les Autochtones parlaient devant Callière et devant les autres nations, ils se retiraient souvent dans leurs tentes pour évoquer entre eux la stratégie diplomatique à suivre. Une fois la position définie, l’orateur présentait officiellement la position de la nation qu’il représentait) ;
illustrations supports:
- de la collection d'apprentissage:
http://www.museevirtuel-virtualmuseum.ca/media/edu/FR/uploads/image/grande_paix_fback3318674269558365091.jpg

-de l'exposition virtuelle:
http://198.50.156.175/fra/rendez_vous_a_montreal-gathering_in_montreal/signature_du_traite-signing_the_treaty/les_images_explorer-image_to_explore-fra.html
Étape 5.4
Thème 4 : des négociations publiques….et d’autres plus secrètes (des espions en Nouvelle-France); illustration support de l'exposition virtuelle : http://198.50.156.175/sites/default/files/styles/agrandissement-enlargement/public/ic13.jpg
Étape 5.5
Thème 5: l’entente : une fois l’accord entre les intervenants obtenu, on le consignait parfois par écrit. Ce n’est pas systématique, mais c’est le cas des traités les plus importants. Dans le cas de la Grande Paix, on voit qu’un texte a été rédigé et qu’il a été signé par les parties en présence. Vidéo "Mission pacification" de l'exposition virtuelle: http://198.50.156.175/fra/mission_pacification-seeking_peace/introducton-fra.html
Étape 5.6
Thème 6 : la célébration de l’entente par un festin et des chants : Dans l'exposition virtuelle: (voir la fiche « le festin » placée dans la section La signature du traité sous l’onglet Images à explorer)(faire cliquer les élèves sur E : le festin).

REMARQUE 1 : Les éléments pour détailler ces points de contenu sont disponibles dans l’exposition interactive.

REMARQUE 2 : En fonction du temps dont vous disposez, vous pouvez choisir de développer tout ou seulement une partie des thèmes proposés ci-dessus.
Étape 6
Indiquez aux élèves que vous allez développer un/deux points spécifiques portant sur la diplomatie lors de la rencontre de 1701 : l’importance du principal négociateur français, le gouverneur Callière et la question des captifs de guerre, qui a été primordiale lors des négociations de paix.

REMARQUE 3 : En fonction du temps dont vous disposez, vous pouvez choisir de ne développer qu’un seul de ces deux points. Vous pouvez également n’en détailler aucun si vous avez passé beaucoup de temps sur les thèmes 5 et 6.
Étape 7
Afin de faire comprendre aux élèves l’importance de Callière, demandez à un élève de lire la capsule «Louis-Hector de Callière» disponible sur le site internet de l’exposition virtuelle. voir aussi « Qui est Onontio ».
Au moment de la Grande Paix, le gouverneur de Callière, que les Autochtones appellent Onontio, fait figure de « père » auprès de ses « enfants » les nations amérindiennes. Il y a donc un rapport d’autorité entre Callière et les Autochtones. Il faut cependant noter que dans les sociétés autochtones le rapport aux enfants était différent ; l’autorité parentale restait floue et les enfants jouissaient d’une grande liberté. Dans les sociétés autochtones, le père s’apparentait davantage à un pourvoyeur. Si les Amérindiens se présentent donc comme les enfants d’Onontio, le gouverneur de la Nouvelle-France, sans protester, ce n’est pas donc parce qu’ils se considèrent comme étant directement soumis à l’autorité du représentant du pouvoir colonial français.
Étape 8
Les captifs de guerre: aidez-vous de la section «Mission pacification» de l'exposition virtuelle. En vous servant de la section «image à explorer» et du texte «la guerre doit prendre fin», demandez aux élèves de décrire ce qu’ils peuvent dire sur les captifs.

Les commentaires des élèves devraient permettre de préciser que dans la seconde moitié du 17e siècle, la situation démographique de plusieurs nations autochtones était précaire (épidémies d’origine européenne, nombreux conflits entre groupes autochtones). Plusieurs nations étaient donc menacées.

Lorsqu’une guerre éclatait, il était fréquent que les guerriers fussent tués, mais que les femmes et les enfants soient adoptés par les vainqueurs, afin de repeupler la communauté. Ces prisonniers étaient alors accueillis et intégrés. Ils pouvaient être ultérieurement échangés.
Étape 9
Terminer le cours en présentant aux élèves la question à laquelle ils vont devoir répondre et les outils qu’ils pourront utiliser pour rédiger leur réponse.
Question
Kondiaronk, diplomate incontournable des discussions de la Grande Paix a pu éviter, grâce à son discours émouvant et mémorable du 1er août 1701, que les négociations ne soient interrompues. Il ne pourra malheureusement pas assister à la signature de l’entente puisqu’il meurt dès le lendemain. En vous aidant des fiches sur les épidémies et la mort de Kondiaronk, présentez en quelques lignes l’impact des maladies d’origine européenne sur les négociations de 1701.

Learning Objectives

Cette leçon s'adresse à des élèves de troisième et quatrième secondaire. Son objectif est de
- familiariser les élèves avec le protocole des négociations amérindiennes
- expliquer aux élèves l’importance des captifs de guerre autochtones
- faire comprendre aux élèves le rôle particulier joué par Louis-Hector de Callière
- faire comprendre aux élèves les tensions diplomatiques existantes au moment de la Grande Paix

Compétences disciplinaires développées (CD)
CD 2 : interpréter les réalités sociales à l’aide de la méthode historique

Temps estimé : 30 minutes