Les pistolets à pierre de Joseph Brant

Les pistolets de duel de Joseph Brant ont été fabriqués à l'origine pour le duc de Northumberland. Ils représentent toutefois la souveraineté haudenosaunee. Le terme haudenosaunee désigne le peuple iroquois, également connu sous l'appellation «Six Nations».

En 1791, le duc en a fait don à Joseph Brant, un chef de guerre mohawk qui s'est battu aux côtés des Britanniques durant la Révolution américaine. Les Mohawks faisaient alors partie (et font toujours partie) des Six Nations.

À l'époque, toutes les revendications territoriales des Autochtones avaient fait l'objet d'ententes avec la Couronne britannique. Joseph Brant savait que les 13 colonies ne respecteraient pas ces ententes si elles remportaient la guerre d'indépendance. Pour lui, le seul moyen de faire respecter les revendications territoriales haudenosaunee était de se battre aux côtés des Britanniques.

Brant était pour les Britanniques un allié très important. Le cadeau du duc de Northumberland en témoigne. Ce type de pistolet était donné uniquement à des chefs souverains et à des membres de la famille royale. Les armes ont été remises à Brant après que les Britanniques eurent perdu la guerre d'indépendance américaine.

Ce présent scellait l'accord entre Brant et les Britanniques. Les terres octroyées le long de la rivière Grand dans le Haut-Canada (l'Ontario actuel),  ce qu'on a appelé le «Haldimand Land Grant», faisaient partie de cet accord.

Après la guerre, Brant et de nombreux membres des Premières Nations ont quitté l'Ohio pour la rivière Grand. Les Iroquois qui ont immigré au Canada après la Révolution américaine n'étaient pas tous des partisans de Brant.

Joseph Brant était certes un chef de guerre mohawk, mais il n'était pas un véritable chef (ou sachem), car il ne faisait pas partie, par sa mère, de la lignée des chefs. Malgré sa popularité auprès des Britanniques, il ne put jamais être considéré comme un vrai chef mohawk.

Les terres octroyées le long de la rivière Grand représentaient au départ une superficie considérable. Comme les Autochtones n'occupaient qu'une petite portion de ce territoire, Joseph Brant loua une partie des terres inutilisées.

Ce geste suscita une vive controverse, la location d'une partie des terres ne plaisant pas forcément à tous les membres des Six Nations. Après le décès de Brant, le territoire fut encore amputé. De nos jours, la réserve des Six Nations est la plus peuplée au Canada, même si elle ne représente que 5 % du territoire octroyé dans le cadre de l'accord Haldimand.

Les controverses des XVIIIe et XIXe siècles au sujet des terres des premiers peuples continuent d'influencer les revendications territoriales des Autochtones, partout au Canada.
_________________________
Musée royal de l'Ontario
Conseiller historique : Keith Jameison, Woodland Cultural Centre

© 2006, Musée royal de l'Ontario. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons