• Entre 1877 et 1914, 30 000 Japonais ont émigré au Canada.
  • Ils se sont établis un peu partout au pays, mais la majorité d'entre eux ont préféré s'installer sur la côte ouest.
  • Les Canadiens d'origine japonaise ont joué un rôle important dans les secteurs des ressources et des services; ils ont contribué à l'essor de l'économie de l'ouest du pays et, en particulier, de la Colombie-Britannique.
  • 60 % des Canadiens d'origine japonaise étaient nés au Canada et presque tous avaient moins de 30 ans. 
  • En décembre 1941, le Japon bombarde la rade américaine de Pearl Harbor.
  • Le Canada compte alors 22 000 citoyens d'origine japonaise, 95 % d'entre eux vivant en Colombie-Britannique.
  • Conformément à la Loi sur les mesures de guerre, tous les Canadiens d'origine japonaise sont considérés comme des sujets d'un pays ennemi.
  • Tous sont alors éloignés de la côte ouest par la force. Les hommes sont envoyés pour la plupart dans des camps de travail. 
  • C'était la seconde fois que le gouvernement fédéral appliquait la Loi sur les mesures de guerre pour reloger et interner des civils.

Le 4 mars 1942, Sam a été envoyé dans un camp de travail. Sa femme et ses quatre enfants se sont retrouvés dans un camp d'internement baptisé Tashme. Deux des enfants sont nés dans ce camp.

Ce n'est qu'en 1949 quatre ans après la reddition du Japon et la fin de la Seconde Guerre mondiale que la majorité des Canadiens d'origine japonaise ont été autorisés à retourner en Colombie-Britannique. La plupart d'entre eux avaient alors choisi de refaire leur vie ailleurs au pays. Entre temps, leurs biens avaient été confisqués par le gouvernement et vendus pour une fraction de leur valeur.

Quand Sam a obtenu sa citoyenneté canadienne, il s'est aussi fait remettre ce document de l'IODE.

Malgré les épreuves que leur famille avait subies durant la Seconde Guerre mondiale, Sam et sa femme étaient fiers d'être Canadiens. Quand leurs enfants les interrogeaient sur leur période d'internement, Sam et sa femme se contentaient de déclarer que « le Canada est le meilleur pays au monde ».

Après le décès de Sam, ses enfants ont prêté ce certificat au ROM afin que les jeunes puissent en prendre connaissance et en savoir plus sur cette période de notre histoire.

« Il est vrai que jamais une personne de race japonaise née au Canada n'a été accusée de quelque geste de sabotage ou de déloyauté que ce soit pendant les années de guerre. »
– Le premier ministre William L. Mackenzie King, août 1944

Durant leur internement, les Canadiens d'origine japonaise ont subi des pertes financières évaluées à 443 millions de dollars.

En 1988, le gouvernement fédéral a versé 21 000 $ à chaque personne directement touchée par l'internement.

Depuis un siècle, le Canada a été la patrie de cinq générations de Canadiens d'origine japonaise.
_________________________
Musée royal de l'Ontario

© 2006, Musée royal de l'Ontario. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons