La Révolution tranquille au Québec : plat de service et isolateur

Le plat de service et l’isolateur nous aident à mieux comprendre les changements qui ont marqué le Québec dans les années 1960 – les années le plus souvent associées à la Révolution tranquille.

Ce plat de service est décoré des emblèmes et de la devise de la Société Saint-Jean-Baptiste. La Société Saint-Jean-Baptiste est une institution civique québécoise. Elle a été fondée le 8 mars 1834 pour venir en aide aux francophones du Canada et préserver la langue française et la culture francophone.
Sur le bord inférieur du plat, on peut lire les mots suivants : « NOS INSTITUTIONS, NOTRE LANGUE ET NOS LOIS ». Ces mots ou ces idées étaient aussi appelés les trois piliers de la survie, ils définissaient le caractère distinct du Québec en Amérique du Nord. Tant que les Canadiens français resteraient fidèles à ces trois fondements de leur patrimoine, ils continueraient d’exister comme entité distincte.

À l’origine, toutefois, les trois piliers de la survie étaient : « Notre Foi, Notre Langue, Nos Institutions ». On peut voir, sur le plat, que les mots « Notre Foi » ont été remplacés par « Nos Lois ». Il ne s’agit pas d’une erreur. Pour comprendre pourquoi ces mots ont été changés, il faut revenir à la Révolution tranquille.

Les slogans de la Révolution tranquille :
• « Il faut que ça change »
• « Maîtres chez nous »

Le slogan ou la maxime « Il faut que ça change » nous aide à mieux comprendre pourquoi les mots figurant sur le plat diffèrent de la devise originale. Nous comprenons aussi que la Révolution tranquille est en route depuis le milieu du XIXe siècle, lorsque ce plat a été fabriqué. Il lui aura fallu beaucoup de temps pour finalement s’imposer.

Pendant la Révolution tranquille, on prend du recul par rapport à certaines institutions et idées profondément ancrées au Québec, comme l’Église catholique. On veut protéger la langue française et on revendique une plus grande emprise des francophones sur l’économie de la province, jusque-là largement contrôlées par les Canadiens anglophones et les Américains.


Ce plat est un exemple précoce de la distance que l’on prend avec l’Église catholique et la religion en général. Il montre que les chefs de la société québécoise commencent à prendre conscience de la nécessité de protéger le droit civil québécois.

L’Acte de Québec (de 1774) rétablit le droit civil colonial français, tout en maintenant le droit criminel anglais. Depuis le milieu du XIXe siècle, le droit civil québécois reprend les principes du Code civil français, institué durant l’ère napoléonienne (au début du XIXe siècle). Le droit civil des provinces anglophones du Canada s’inspire de la « common law », venue d’Angleterre. La common law est l’équivalent du droit civil des pays qui sont d’anciens territoires ou colonies britanniques.

Ce que le peuple du Québec veut vraiment protéger, et maintenir, n’est pas tant sa différence religieuse par rapport aux anglophones qui l’entourent (ils sont plus souvent protestants que catholiques) que sa différence par rapport aux Canadiens anglais et leur droit civil.

L’isolateur nous donne la clé de la deuxième maxime de la Révolution tranquille : « Maîtres chez nous ». Pendant de nombreuses années, l’anglais est la langue des affaires et de l’industrie au Québec, car la plupart des ressources naturelles appartiennent à des sociétés privées, essentiellement sous le contrôle des Canadiens anglais et les Americans.

Le gouvernement du Québec échafaude une stratégie audacieuse et entreprend de fusionner et de nationaliser les sociétés qui possèdent et exploitent les services d’électricité de la province. Les Québécois se rapprochent ainsi de leur objectif de devenir maîtres chez eux. Le succès d’Hydro-Québec la rend vite célèbre dans le monde entier et en fait un symbole de la Révolution tranquille.
________________________
Musée royal de l'Ontario
Conseillère historique : Caroline Cholette, Archives d’Hydro-Québec

© 2006, Musée royal de l'Ontario. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons