La guitare, mon instrument préféré, appartient à la famille des instruments à cordes.

J’ai choisi cet instrument, parce que je le connais un peu. Je me souviens que, lorsque j’avais entre 6 et 9 ans, je clouais une planche de bois sur un bidon d’essence en lui attachant des cordes de nylon. Cet instrument s’appelle le gembri (petite mandoline à trois cordes). Il est semblable à celui utilisé dans les orchestres de musique folklorique. Je fabriquais cet instrument de façon traditionnelle comme les autres enfants, pour jouir d’un moment d’intimité avec les amis du quartier. J’ai également choisi cet instrument pour des raisons personnelles : lorsque chaque membre de la famille regardait la télévision selon son propre désir, un film ou un spectacle de musique andalouse, moi pour ma part, je me retirais dans ma chambre pour jouer du gembri. Personne ne me force à faire ce dont je n'ai pas envie, bien que mon père me gronde parfois en me disant qu’il vaut mieux réviser les cours la nuit que jouer de la guitare. Chaque fois que je voyais quelqu’un jouer de la guitare, je m’asseyais à côté de lui afin d’en jouer ou au moins de la prendre dans mes mains pour satisfaire un désir profond. C’est pour combler ce désir que mon père m’acheta un petit piano. Mais la guitare est demeurée l’instrument qui me passionne pour la douceur de ses accords. Mon envie d’apprendre était si grand qu’en 1997, j’ai décidé de m’inscrire au Conservatoire de Musique, malgré mon âge. C’est l’unique Conservatoire au Maroc qui ne fixe pas d’âge limité pour l’admission. J’ai emprunté de l’argent pour payer mes frais de scolarité.

Le fait d’avoir abandonné l’école en 1995 m’a empêché de me tenir au fait de l’évolution de la forme de la guitare. Par contre, mon deuxième passe-temps, le dessin, que j’ai appris lorsque j’étais enfant, me permet de dessiner ce magnifique instrument qui m’est très cher. Cet instrument a eu un impact sur ma vie sociale. Je n’étais pas autorisé, par respect de la tradition, à jouer du gembri dans la salle de séjour lorsque ma famille y était, parce que ça la dérangeait.

En outre, mon père était très autoritaire. Dans de telles circonstances, il faut respecter les adultes et garder parfois le silence. Chaque fois que mes parents sortent, je joue du gembri. D’un point de vue culturel, le gembri est un moyen d’échapper à la monotonie de l’école, surtout au retour à la maison. J'éprouve une sensation de bien-être quand je joue. Je passais aussi mon temps libre à dessiner pour satisfaire mes besoins artistiques, tout en économisant de l’argent. Avec cet argent, mon professeur m’a acheté une bonne guitare classique venant d’Espagne. Quant aux événements religieux, ils ne me donnaient pas l’occasion de jouer de la guitare à la maison.

À ma connaissance, on utilise la guitare dans l'interprétation de musique classique, la musique folklorique, le rap, le rock, etc.

Des facteurs socio-économiques m’ont empêché de quitter ma ville pour découvrir combien de types de guitare il existe au monde. Par contre, grâce à moyens visuels, j’ai pu m’informer sur le sujet. Les Grecs et les Portugais ont des guitares particulières. Leur forme est presque ronde, et leurs accords sont fantastiques. La guitare mexicaine a une forme classique, mais sa taille est plus petite que les autres guitares. En revanche, ses accords sont harmonieux et complémentaires. Quand à la distribution géographique des guitares, à part l’Espagne et les pays susmentionnés, je ne sais absolument rien des autres pays. Pour ce qui est de la valeur culturelle, je crois savoir que la guitare est un instrument coûteux et que seules les classes moyennes et celles qui sont financièrement et intellectuellement privilégiées peuvent s'en offrir une.

Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Canadian Heritage Information Network, Centre des recherches et études andalouses, Centre des musiques arabes et méditerranéennes Ennejma Ezzahra, Musée de la musique, Laboratoire de recherche des musiques du monde, Musée acadien de l'Université de Moncton, Canadian Museum of Civilization, Musée d'art et d'archéologie de l'Université d'Antananarivo, Musée ethnographique Alexandre Sènou Adande, Musée national du Mali, St. Boniface Museum, Lycée de langues étrangères Alexandre Dumas, Museum of the Romanian Peasant

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons