Instrument populaire des cordophones, d'origine supposée turque ou perso-arabe, la tamboura est répandue surtout dans le sud-est de la Bulgarie et dans la région de la montagne du Pirine.

La tamboura a la forme d'une poire. Sa caisse est faite de sycomore ou de poirier. La table supérieure de la caisse est percée de deux ou plusieurs ouvertures de résonance. L'instrument a un long manche portant une touche étroite et des chevilles pour régler la tension des cordes. Celles-ci sont portées par le chevalet et retenues par un morceau de hêtre appelé « bouton ».

Tout au long de la touche, sont disposées des frettes faites de cordes métalliques, de boyaux de mouton ou de fil de lin. Leur nombre dépend des dimensions et de l'espèce de la tamboura et varie entre 12 et 18. Les cordes de la tamboura sont en métal, enroulé d'un fil de cuivre, ce qui rend le ton doux et tendre. Pour produire des sons, on les pince à l'aide d'une petite plaque d'écorce de griottier.

Les tambouras bulgares sont de dimensions différentes, au nombre de cordes, à l'accord et aux positions variés. De nos jours, la tamboura la plus répandue est celle à 8 cordes, 18 frettes, à l'accord chromatique et d'une grande étendue. Autrefois, les joueurs de tamboura n'étaient que des hommes et ils s'en accompagnaient en chantant. Dans les orchestres et les ensembles contemporains, la tamboura crée le plus souvent l'harmonie et marque le rythme. Toutefois, elle permet aux instrumentistes habiles d'interpréter des solos de technique et de virtuosité remarquables.


Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Canadian Heritage Information Network, Centre des recherches et études andalouses, Centre des musiques arabes et méditerranéennes Ennejma Ezzahra, Musée de la musique, Laboratoire de recherche des musiques du monde, Musée acadien de l'Université de Moncton, Canadian Museum of Civilization, Musée d'art et d'archéologie de l'Université d'Antananarivo, Musée ethnographique Alexandre Sènou Adande, Musée national du Mali, St. Boniface Museum, Lycée de langues étrangères Alexandre Dumas, Museum of the Romanian Peasant

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons