La contrã par Diana-Georgiana, 18 ans

Dans l’atelier de mon grand-père il y a beaucoup de vieilles choses qui éveillent des souvenirs d’enfance. Je me revois sur les genoux du vieux, en poussant des cris de joie. Je me revois surtout en le regardant furtivement par les trous des palissades pendant les grands repas nuptiaux - dans des cours où l’entrée des enfants était défendue pour la circonstance -, la contrã à la main, en accompagnant mon oncle violoniste.

Alors, la contrã ne me semblait pas trop différent d’aspect du violon. Mais ses sonorités étaient nettement plus fortes - on aurait pu croire qu’elles étaient produites par un orchestre à cordes ! Plus tard, j’ai constaté qu’il était grand, plus grand et plus épais que les contras que j’avais vus en ville. Pourquoi ? C’est toujours mon grand-père qui me fit comprendre :

« Quand j’étais jeune, j’accompagnais avec un violon normal. Mais je n’étais pas content. Il me fallait un instrument dont les sons remplissent la cour, qui aillent même plus loin, qui poussent les gens à la danse !... Alors j’ai acheté cette contrã d’un voisin qui en fabriquait à la maison : on voyait d’un coup qu’il est plus robuste. C’est toujours lui qui m’avait vendu cet archet court, ce chevalet « droit » et les trois cordes. D’ailleurs c’était toujours lui qui préparait les cordes, de boyaux de poule, oints avec de l’ail et séchés lentement, sur un dispositif spécial. » Impatiente, j’ai voulu voir le dispositif. « Non, ce n’est plus possible. Mon voisin est mort, ses enfants ont déménagé en ville. Aujourd’hui, les musiciens achètent leurs cordes dans les magasins ».
Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Canadian Heritage Information Network, Centre des recherches et études andalouses, Centre des musiques arabes et méditerranéennes Ennejma Ezzahra, Musée de la musique, Laboratoire de recherche des musiques du monde, Musée acadien de l'Université de Moncton, Canadian Museum of Civilization, Musée d'art et d'archéologie de l'Université d'Antananarivo, Musée ethnographique Alexandre Sènou Adande, Musée national du Mali, St. Boniface Museum, Lycée de langues étrangères Alexandre Dumas, Museum of the Romanian Peasant

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons