Le n’goni est un instrument mélodique d’origine peul, utilisé depuis l’antiquité par cette ethnie dans le cercle de Nioro du sahel. Il était fait d’une seule corde au départ pour distraire les bergers au cours de leur promenade avec les troupeaux. Petit à petit, le n’goni, connaîtra une évolution avec les griots malinké qui l’ont transformé en un instrument à quatre cordes pour qu’il soit plus agréable, d’où l’appellation de jeli n’goni ou « luth de griots ».

Au début, j’ai aimé cet instrument et j’ai commencé à le jouer pour mon propre plaisir. C’est d’ailleurs ce qui m’a incité à faire le concours d’entrée à l’Institut National des Arts, afin de mieux connaître cet instrument qui paraît mystérieux pour certains.

Le n’goni joue un rôle important dans la société peul. Il est utilisé dans les concerts, les mariages, les baptêmes. Il est unificateur et annonciateur de bonnes nouvelles. Chaque groupe ethnique a son type de n’goni. Il est appelé bamanagòni par les Bamananw, ganbaré par les Soninké, njarkat par les Sonrhaï.

Instrument fabriqué par Kabiné Sissoko en 1994.
Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Canadian Heritage Information Network, Centre des recherches et études andalouses, Centre des musiques arabes et méditerranéennes Ennejma Ezzahra, Musée de la musique, Laboratoire de recherche des musiques du monde, Musée acadien de l'Université de Moncton, Canadian Museum of Civilization, Musée d'art et d'archéologie de l'Université d'Antananarivo, Musée ethnographique Alexandre Sènou Adande, Musée national du Mali, St. Boniface Museum, Lycée de langues étrangères Alexandre Dumas, Museum of the Romanian Peasant

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons