L’Association de hockey de l’Ontario, qui a entrepris ses activités le 27 novembre 1890, a été la première organisation de hockey amateur. Peu de temps après, d’autres associations ont vu le jour un peu partout au Canada, et le besoin d’un organisme national se consacrant au développement et à l’administration du hockey amateur au Canada est devenu évident.

Une réunion a donc été organisée le 14 décembre 1914 et elle a eu lieu dans la capitale nationale, Ottawa. C’est à ce moment qu’est née l’Association canadienne de hockey amateur (ACHA). On élabora une constitution et on établit des règlements administratifs. Cette nouvelle organisation comptait six sections avec des représentants venant du Québec, de l’Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan, de l’Alberta et de la Colombie-Britannique. Au fil des ans, d’autres associations provinciales de hockey amateur ont été créées et se sont jointes à l’ACHA.

Tous les tournois internationaux, y compris le Championnat du monde et, bien entendu, les Jeux olympiques, étaient réservés aux amateurs. L’ACHA avait le mandat de choisir une équipe pour représenter le Canada. Au cours des premières années, il s’agissait de la meilleure équipe amateur au pays. On procédait de cette façon au lieu de former une équipe composée de joueurs venant de différentes équipes. Ce concept allait changer au début des années 1960.

Le père David Bauer joua un rôle important dans la création de l’équipe nationale du Canada. Le père Bauer, frère de Bobby, ailier des Bruins de Boston et intronisé au Temple de la renommée, avait connu une jeunesse couronnée de succès. Toutefois, il préféra la prêtrise à la patinoire et se joignit au personnel du St. Michael’s College. En 1961, alors qu’il était entraîneur de l’équipe de hockey, le père Bauer conduisit l’équipe junior A de St. Michael’s au championnat de la Coupe Mémorial. Malheureusement, le collège mit fin à son programme de hockey l’année suivante. À la recherche d’un nouveau défi, le père Bauer suggéra à l’ACHA de mettre sur pied une équipe nationale représentant le Canada et qui remplacerait les champions de la Coupe Allan. L’ACHA autorisa le père Bauer à mettre de l’avant son projet et, en 1964, l’équipe nationale de hockey du Canada représentait le pays pour la première fois aux Jeux olympiques d’Innsbruck, en Autriche. L’équipe dirigée par le père Bauer est passée très près de remporter la médaille de bronze. Elle se mérita le bronze aux Championnats du monde de 1966 et de 1967 ainsi qu’aux Jeux olympiques d’hiver de 1968 à Grenoble. En 1969, l’expérience avec l’équipe nationale prenait fin. Le père Bauer allait revenir en 1980, mais comme membre de la haute direction.

Après avoir remporté l’élection fédérale de 1968, le premier ministre Pierre Trudeau tenait sa promesse électorale en mettant sur pied un groupe de travail sur les sports dont le mandat était d’examiner les façons d’améliorer le hockey amateur au Canada. Le groupe de travail en est venu à la conclusion suivante : une seule organisation devait être mise sur pied afin de superviser tous les niveaux de hockey au Canada. Elle devait inclure l’ACHA, l’USIC (hockey universitaire), Condition physique et Sport amateur, et les deux équipes canadiennes de la LNH, soit le Canadien de Montréal et les Maple Leafs de Toronto. Cette nouvelle organisation allait porter le nom de Hockey Canada.

Pour des raisons d’efficacité, un regroupement des activités liées au hockey partout au Canada étaient inévitables. En juillet 1994, l’ACHA et Hockey Canada ont fusionné pour former l’Association canadienne de hockey. Alors qu’on dénombrait près de 4,5 millions de Canadiens et Canadiennes engagés dans le hockey amateur à titre d’entraîneurs, d’officiels, de joueurs, d’administrateurs et de bénévoles, il était dans l’intérêt de tous qu’un seul organisme dirigeant supervise toutes les activités. Les responsabilités de l’Association canadienne de hockey vont de l’établissement des règles et dispositions entourant les jeunes faisant partie de leur première équipe organisée, jusqu’au joueur enfilant un chandail d’une équipe canadienne et représentant le pays aux Jeux olympiques.

Partout au Canada, le hockey mineur est une activité d’une grande envergure. Treize associations membres de l’ACH dirigent des ligues de hockey intérieur et extérieur d’un bout à l’autre du pays. Le hockey amateur continue de prendre de l’expansion partout au Canada; 508 000 joueurs se sont inscrits aux programmes de hockey de l’ACH en 1998-1999, et disputent près d’un million et demi de matchs. Les jeunes, une fois inscrits, suivent leur cheminement au sein de plusieurs divisions, réparties par groupe d’âge.

L’ACH organise plusieurs tournois annuels de calibre pee-wee à celui de senior. Ces tournois s’adressent aux hommes et aux femmes et permettent ainsi de déterminer les meilleurs.

De nombreux championnats provinciaux et régionaux sont organisés pour les groupes d’âge bantam et pee-wee. Les championnats nationaux commencent à la catégorie midget.

L’Association canadienne de hockey organise des tournois régionaux, provinciaux et nationaux. Les équipes se disputent des trophées comme celui de la mémorable Coupe Allan jusqu’à la toute récente Coupe Banque Royale. Le Canada possède également une ligue junior des plus dynamiques qui est présente d’un océan à l’autre. De plus, le hockey junior au Canada est très bien structuré et il jouit d’une excellente réputation et ce, à tous les niveaux. La catégorie d’âge pour jouer au sein de la ligue junior est de 14 à 21 ans. Or, à 21 ans, les joueurs sont considérés comme étant un peu trop « vieux ». Les ligues de catégorie junior forment la Ligue canadienne de hockey.


RCIP

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons