Le Sumo, discipline ancienne, fait partie des traditions japonaises depuis plus d'un millénaire. De plus, la forme et le cérémonial continuent à jouer un rôle important dans la création de l'atmosphère entourant chaque combat.

Le combat prend place dans une arène recouverte de sable tassé, qui était traditionnellement surplombée par une toiture à quatre piliers, rappelant l'architecture d'édifices religieux. Les piliers furent enveloppés de soie de couleur verte, rouge, blanche ou noire, pour la première fois au printemps 1858. Chaque couleur symbolise l'une des quatre saisons : le vert représente le printemps, l'est et Seiryu, le dragon vert; le rouge, l'été, le sud et Shujaku, un oiseau fabuleux; le blanc, l'automne, l'ouest et Byakko, le tigre blanc et le noir représente l'hiver, le nord et Genbu, un esprit marin. Un ancien lutteur est assis au pied de chaque pilier et agit comme arbitre en cas de désaccord.
Vancouver Museum, Art Gallery of Greater Victoria, Musée des beaux-arts de Montréal,

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons