L’inro se portait attaché à l’obi (ceinture) des hommes et était retenu par un netsuke accroché au-dessus de la ceinture. Étant donné que les kimonos des hommes étaient dépourvus de poches, les bourses et les inro accrochés à la taille servaient à transporter les objets de valeur. Le port de l’inro demeura une pratique courante jusqu’à ce que l’introduction des vêtements occidentaux, qui comportaient des poches, les rendirent inutiles. Cet inro sur fond noir est orné de poissons, l’un des huit symboles bouddhiques, qui représentent la libération de l’esprit bouddhique.
Vancouver Museum, Art Gallery of Greater Victoria, Musée des beaux-arts de Montréal,

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons