La forme de ces brûle-parfum révèle l'influence des pièces d'argenterie victoriennes, elle rappelle les urnes ou bouilloires que l'on pourrait trouver dans une maison occidentale. Chaque brûle-parfum se tient sur cinq pieds qui jaillissent de la bouche de monstres. Deux dragons servent de poignées, et un troisième est sur le couvercle. Des motifs japonais qui sont gravés présentent un exemple de l'interprétation japonaise du désordre des motifs victoriens qui furent introduits durant l'ère Meiji

Musée des beaux-arts de Montéal, Don du Dr William H. Pugsley

Bronze, incrustations d'or
53,3 cm x 20,3 cm x 19,2 cm
1981.Ee.3a-b
© Musée des beaux-arts de Montéal


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons