Mikhail Alexandrovitch Vroubel, Les Lilas

Si la majorité des paysagistes de la deuxième moitié du 19e siècle tentaient de représenter de manière réaliste la nature, Vroubel privilégiait, quant à lui, une beauté quelque peu scénique et décorative de ce motif. Vroubel, l’un des maîtres de l’Art nouveau russe, a beaucoup travaillé dans le domaine de l’art théâtral, monumental et décoratif. La richesse de la nature n’était souvent pour lui qu’un prétexte. Sa fantaisie lui permettait de transformer une simple fleur ou un arbuste en une fantastique féerie de couleurs et de lignes. La gamme de couleurs préférée du peintre inclut toutes les nuances de bleu, du bleu ciel jusqu’au violet ; combinées au rose ou au vert, ces couleurs créent l’impression d’une surface chatoyante et changeante. La silhouette sombre d’une femme se détache du fond constitué par un lumineux arbuste en fleur, « composé » à coups de pinceau de densité différente. Les traits du visage de cette femme rappellent ceux de l’épouse de l’artiste et son modèle préféré, N.I. Zabela, une chanteuse d’opéra, tout en évoquant également les sculptures majoliques, que Vroubel réalisait d’après les motifs de l’opéra de N.A. Rimski-Korsakov Snegourotchka (« La Fille des neiges »).
Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Galerie nationale Tretiakov (Moscou)

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons