Arthur Lismer fit son seul voyage dans les Rocheuses en 1928. Dans cette toile, il se sert de couleurs fluides, aux nuances de pierres précieuses pour peindre des formes massives et imbriquées d’où rayonne une lumière intérieure. Il a écrit : « Le monde des apparences existe, comme pour l’adepte d’une religion, en tant que moyen d’extase. Un point de départ, pour ainsi dire, dans un monde où l’ordre divin de l’existence, le fil doré de l’intention pure, brille comme un chemin de feu dans le royaume de l’esprit, et la spéculation relative aux choses techniques et objectives est remplacée par la contemplation esthétique sur la nature de la beauté… »
Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Art Gallery of Hamilton

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons