Emily Carr croyait avoir pour but, en tant qu’artiste, de révéler l’énergie spirituelle présente dans la nature. Ses efforts pour que ses paysages évoquent un sentiment de mouvement et d’énergie s’achevèrent finalement quand elle mit au point la méthode et les matériaux voulus pour répondre à ses aspirations artistiques. Elle se mit à peindre sur du papier kraft bon marché avec de la peinture blanche pour bâtiment qu’elle teinta et dilua avec de l’essence de térébenthine. Cette technique lui permit d’obtenir la transparence et la fluidité de l’aquarelle tout en empêchant les couleurs de baver ou de flotter sur le papier. Elle lui permettait aussi de travailler plus spontanément dans la nature, saisissant sa réaction à son environnement dans des images gestuelles et inspirées de la forêt de la Colombie-Britannique.
Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Art Gallery of Hamilton

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons