Né à Saint-Pétersbourg, en 1874. Mort à Nagar, en Inde, en 1947. Rœrich étudia à l’Académie des beaux-arts et à l’atelier d’A. I. Kouïndji (de 1893 à 1897), puis à l’académie de F. Cormon, à Paris (de 1900 à 1901). En 1903, l’artiste entreprit un voyage archéologique et ethnographique à travers la Russie. Les tableaux de Rœrich des années 1900 sont des reconstitutions historiques exceptionnelles. Ils montrent l’aspect ancien des villes ainsi que le mode de vie des païens et des premiers chrétiens en Russie. L’artiste collaborait étroitement avec les ateliers de Talachkine de M. Tenicheva. De 1911 à 1914, il exécuta des mosaïques et des peintures murales à Flenov, non loin de Talachkine (province de Smolensk). Rœrich travailla aussi pour le théâtre. En 1903, il entra dans l’Union des artistes russes nouvellement constituée puis, de 1910 à 1915, il dirigea l’Association du monde de l’art. En 1909, il devint académicien et l’un des artistes de son époque qui faisait le plus autorité. En 1919, il vécut à Londres puis aux États-Unis, où il fonda le Rœrich Museum. En 1928, l’artiste partit pour l’Inde, dans l’État du Pendjab, où il créa l’Institut Urusvati de recherche himalayenne, à Nagar. Rœrich combina l’art et la science pendant toute sa vie. Il écrivit tantôt de la poésie, tantôt de la prose, tantôt ses mémoires, et participa à la vie publique indienne. Ses dernières années en Inde le poussèrent à introduire de nouveaux héros des divinités hindoues et bouddhistes dans ses tableaux ; par ailleurs, dans ses écrits philosophiques, il développa l’idée d’une seule religion unissant le christianisme, le bouddhisme et l’hindouisme.

Œuvres
Le Nid le plus sacré - 1911, papier sur détrempe. Musée-réserve national de Smolensk
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons