Un jour très fatal est arrivé soudain

UN JOUR TRÈS FATAL EST ARRIVÉ SOUDAIN

Un jour-e très fatal est arrivé soudain,
Sur l’Intercolonial, à un bon citoyen,
Venant d’Acadieville de bonne heur’ le matin,
Se croyant pas si proche de sa cruelle fin.

Le mem’ soir de bonne heure, un train devait passer,
Pour attendre à telle heur’, pour prendr’ des passagers,
Tous se dirigent en marche, c’est bien pour embarquer,
Le malheureux sans doute tomba sur le chemin.

Le train prêt de mouvoir partit subitement,
En poursuivant sa rout’ par l’ordr’ du commandant,
Ne voyant pas sans doute, l’infortuné est tombé,
En poursuivant sa route, sur lui, il a passé.

Le conducteur du train fit le signal d’arrêt,
En constatant lui-même avec un grand regret,
L’état du misérable étant broyé en deux,
Jugez, mes chers confrères, l’état du malheureux.

La douleur fut profond’ quand fallut l’arracher,
Les roues des chars encor’, sur lui devaient passer,
Pour l’arracher sans doute, il a fallu s’émouvoir,
Et le traîner sans doute sur le bord du trottoir.

On prépare des linges, il faut l’ensevelir,
Et le mettr’ sur des planch’ pour y passer la nuit;
On consult’ tout’ ensemble avec attention,
De le mettr’ sur des planches dedans la station.

Le même soir de bonne heure on y télégraphie,
Au Coroner, sans dout’, c’est pour l’examiner;
On reçut la visite, le lendemain matin,
Il jugea que cett’ mort était un accident.

Contemplons tout’ ensembl’ le sort du genre humain,
Qu’une mort déroutante à notre dernier pain;
Soyons bien sur nos gardes de bien nous préparer,
Car Dieu a en réserve le choix de nous juger.

Conservons la mémoire, aujourd’hui, parmi nous,
De cet’ cruelle histoir’ du dix-huit d’août,
Son nom est un rappel pour mieux s’en rappeler,
C’est Joseph Johnston dedans Acadieville.


Cette complainte locale semble très rare. Nous n’avons trouve aucune autre version. Elle raconte un accident fatal survenu sur le chemin de fer à Acadieville au Nouveau-Brunswick. Ce village se trouve non loin de Newcastle, où la chanson a été recueillie.

La chanson nous fournit un excellent exemple d’une complainte locale acadienne. Le sujet est présenté dès la première strophe; ensuite la tragédie est décrite et, à la fin, on ajoute un commentaire sur la cruauté du destin et le besoin des humains de se préparer à la mort. Beaucoup de complaintes commémorant des tragédies ont un ton nettement fataliste.

La rareté de cette complainte rend difficile son identification. On sait cependant que son origine ne remonte pas plus loin que 1876, année de construction du chemin de fer Intercolonial traversant le Nouveau-Brunswick du nord au sud. Plusieurs complaintes locales tragiques ont été composées à la fin du 19e et au début du 20e siècles.

- Helen Creighton, La Fleur du Rosier,  p. 241-2

Inconnu
Helen Creighton, Ronald Labelle
vers 1876
CANADA Nord du Nouveau-Brunswick, Nouveau-Brunswick, Nord du Nouveau-Brunswick, CANADA
© 1988, University of Cape Breton Press. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons