Un mariage béni par le Soleil – page 2

L’oiseau ouvrit ses ailes minuscules, puis ses yeux noirs lumineux et regarda le Grand dieu Maya. Craignant que sa petite taille et son long bec lui soient défavorables, le Grand dieu lui donna le pouvoir de voler de toutes les manières. Cette polyvalence lui pertmettra d’aller vers le nectar des fleurs, une nourriture qu’aucun oiseau ne pouvait jusqu’alors atteindre aussi facilement. D’un léger souffle, il poussa le petit oiseau à la découverte d’un lieu de vie sur la Terre. Avec le temps, le peuple maya a nommé ce plus petit oiseau le Dzunuume. L’onomathopée concerne le son émis par l’oiseau en vol. L’air qui passait à travers ses plumes laissait entendre un bruit comme « dzu-nu-ume, dzu-nu-ume ».
Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons