Citation de « Hundreds and Thousands »

« J’ai fait aujourd’hui un croquis au fusain de jeunes pins en bordure d’une forêt. J’en ferai peut-être une toile. Je devrais partir de la joie jusqu’au mystère – de jeunes pins pleins de lumière et de joie contre un arrière-plan d’une forêt mystérieuse en mouvement. La nuit dernière, j’ai rêvé que j’étais face à face avec un dessin que j’avais fait et oublié, une forêt faite d’un simple mouvement, seulement des formes d’arbres bougeant dans l’espace. C’est la troisième fois que je vois des dessins dans mes rêves, une lueur de ce que j’essaie d’atteindre. Peut-être qu’un jour je verrai les choses plus clairement. Tous les jours, je désire davantage les bois, de m’éloigner et de communier avec les choses… Mes vieilles choses semblent mortes. Je veux des contacts frais, une recherche plus vitale. »1
1Emily Carr, Hundreds and Thousands, (Vancouver: Douglas & McIntyre, 2006), 49.
Emily Carr
1929 - 1933
CANADA Île de Vancouver et environs, Colombie-Britannique, Île de Vancouver et environs, CANADA
© 2006, Douglas & McIntyre. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons