Comment un herboriste moderne réconcilie-t-il les connaissances traditionnelles et les connaissances scientifiques plus récentes?

Il suffit de travailler de manière cohérente avec les deux types de connaissances. Par exemple, on pourrait lire dans de vieux herbiers « cette fleur jaune est bénéfique quand on a une douleur au côté…». Nous savons maintenant que « le côté » signifie le foie. Nous faisons de plus en plus le lien avec les découvertes des scientifiques, nous expliquons mieux et nous pouvons extrapoler d’une certaine manière. Cela dit, nous utilisons toujours de nombreux remèdes qui ne sont pas expliqués et sur lesquels la science ne s’est pas encore penchée. Pourquoi ? Parce qu’ils se sont révélés efficaces depuis longtemps. L’usage du millepertuis pour traiter la dépression n’est pas nouveau. Le terme dépression n’était pas utilisé autrefois, on parlait de mélancolie ou on disait que les gens étaient possédés par des démons. C’était la même chose. Les herboristes modernes font des rapprochements, acquièrent de nouvelles connaissances et expliquent de nouvelles choses.


Le plus difficile pour moi, et pour les herboristes en général, c’est d’essayer de défendre des traitements qui n’ont pas été entérinés par les scientifiques (dans le modèle réductionniste), mais pour lesquels il existe d’abondantes preuves anecdotiques et empiriques attestant qu’ils peuvent vraiment être efficaces. De combien d’anecdotes les scientifiques ont-ils besoin avant d’accepter qu’une plante est efficace? C’est notre gros problème. La guérison par les plantes repose sur l’intuition du praticien. Or, cette démarche sera de plus en plus difficile à respecter compte tenu des nouveaux règlements en vigueur dans ce domaine, qui s’inspirent davantage du modèle de la médecine conventionnelle largement soutenu par le monde de la finance et l’État.
Coalition of Canadian Healthcare Museums and Archives

© 2005, Coalition of Canadian Healthcare Museums and Archives

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons