Par son artifice, le cinéma mexicain non seulement reproduit la réalité mais aussi construit un monde artificiel; il engendre une réalité créée, avec laquelle il séduit le grand public qui apprendra à se voir et à se reconnaître. Gabriel Figueroa, avec le regard d'un intrus qui pénètre au paradis, a filmé, avec sa caméra, le long des canaux de Xochimilco ce panorama pour le film María Candelaria. La beauté que capte le photographe est certes présente ici, mais Figueroa l'amplifie, donnant ainsi à l'observateur l'occasion d'y réfléchir.
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

© RCIP 2001. Tous droits réservés

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons