L’histoire de l’entreprise et les grands livres

Les divers livres comptables nous présentent différentes facettes de l’histoire de l’entreprise. Au fil des décennies, les Campbell ont acheté plusieurs « grands livres » reliés dans lesquels ils consignaient leurs opérations commerciales. Mais ces grands livres pouvaient être organisés de différentes façons. Nous avons retrouvé plusieurs exemplaires de registres et de livres comptables qui consignent les mêmes opérations de façon différente, ainsi que des carnets et des grands livres résumant leurs diverses entreprises. Conséquemment, nous disposons de différents types de livres comptables qui peuvent tous nous livrer une facette de l’histoire de l’entreprise, mais seulement si l’on est à l’écoute de ce qu’ils peuvent nous révéler. En voici cinq exemples.

Grand livre « A » - 1853-1861 Nous croyons que ce grand livre contient les toutes premières transactions de l’entreprise. On y consigne chaque transaction selon une suite chronologique en indiquant s’il s’agit d’un « débit » [la MCC doit recevoir une somme d’un client] ou un « crédit » [la MCC doit payer une somme à un fournisseur]. Les grands livres organisés de cette façon sont appelés « registre » ou « journal » et donnent l’historique de ce qui s’est passé. Les montants encourus par la vente de produits, les réparations ou les services rendus à un client sont consignés comme une « dette » due à la MCC. Il faut se rappeler qu’à l’époque il était rare qu’un client paie immédiatement pour ses achats comme c’est la coutume aujourd’hui. Les crédits des clients sont consignés dans les livres lorsque ces derniers remboursent progressivement, ou encore lorsqu’ils paient avec un boisseau de pommes de terre par exemple. On crédite aussi les heures ou les jours travaillés par les clients débiteurs, ou encore les matériaux que la manufacture se procure d’un particulier. Les planches et les bardeaux pour réparer l’édifice, le fer du forgeron, la location de chevaux pour les funérailles – tous sont inscrits dans la colonne des « crédits ». Au fil du temps, chaque client accumule des débits et des crédits et pour faire le bilan il faut que toutes les transactions soient retranscrites laborieusement dans un livre séparé : un grand livre dans lequel est consigné le compte cumulatif de chaque client – un livre comptable.

Grand livre « C » : 1886-1920 Ce livre présente les comptes de chaque client cumulés sur une période de plus de 30 ans; il y a compte pour chaque client. Le grand livre n’est pas organisé par ordre alphabétique parce que l’on devait ajouter un compte pour chaque nouveau client. Heureusement, un index permettait de retrouver le compte d’un client dans ce livre de plus de 800 pages!

On utilise ces comptes pour réconcilier le cumul des débits et des crédits, et pour faire le point sur le compte du client. Toute entreprise est en droit de s’attendre à ce que ses clients règlent leurs comptes de temps en temps, mais le grand livre nous révèle que certains clients ont mis des années à régler.

Nous présumons qu’il y avait un livre comptable dans lequel on transférait les écritures de journal du grand livre « A », mais nous ne l’avons pas retrouvé. Il en va de même pour le registre ou journal d’où provenaient les comptes inscrits dans « C » , mais ce grand livre a également disparu. Tous les livres couvrant la période allant de 1862 à 1885 manquent à l’appel.

Carnets des propriétaires : 1897-1929 Pendant un bon nombre d’années, le propriétaire a gardé un petit carnet dans lequel on retrouve plusieurs des informations du grand livre « C ». Dans son carnet il inscrivait le nombre de véhicules vendu (à qui et pour combien), le nombre de véhicules sur patins et une liste des clients qui avaient fait faire d’importantes réparations (incluant le travail de peinture) à leur voiture, wagon ou traîneau. Le propriétaire a également inscrit une liste des clients pour lesquels il avait organisé des pompes funèbres. Les résumés annuels sont contenus dans 8 carnets reliés en cuir rouge et couvrent une période de plus de trente ans. Ces documents sont peut être uniques en leur genre au Canada.

Le dernier grand livre : 1940-1951 Nous avons retrouvé un nombre de grands livres et de registres couvrant la dernière décennie d’opération de la MCC et nous donnerons quelques exemples tirés de deux de ces livres. Un de ces grands livres est organisé de la même façon qu’un registre c'est-à-dire par ordre chronologique. Il illustre le genre de ventes et de réparations effectuées jusqu’au milieu des années 40. Le dernier grand livre est également organisé chronologiquement, mais puisque les affaires ne sont plus très bonnes, l’on ne se préoccupe plus de transcrire les transactions dans une livre comptable. De plus, le grand livre sert à consigner non seulement les transactions de la manufacture de carrosserie mais également celles de la ferme Campbell et celles de leurs autres entreprises. La dernière transaction de la manufacture de carrosserie est inscrite au grand livre en mars 1951.
Paul Bogaard
Adèle Hempel, Michael Doan, Johanne Gnassi
19-20e siècle
© 2007, Tantramar Heritage Trust. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons