Nom de l’espèce : le virus de la fièvre du Nil fait partie de la famille des Flaviviridae.

Nom de la maladie : fièvre du Nil

Historique de la maladie

Passé : le virus de la fièvre du Nil a été isolé en 1937 chez une femme vivant dans le district Ouest du Nil en Ouganda.

Présent : En 1999, des cas de fièvre du Nil ont été rapportés pour la première fois dans l’hémisphère ouest, plus particulièrement dans l’état de New York. L’épidémie a atteint 61 personnes et a causé sept morts. Des oiseaux et des chevaux de la région ont également été affectés.

Mode d’action du micro-organisme : le virus est injecté aux humains par piqûres de moustiques. Il se propage alors dans le corps en se reproduisant dans différents tissus. Dans les cas plus sévères, le microbe peut s’attaquer aux neurones. Au Canada, aucun cas de fièvre du Nil n’a été enregistré jusqu’à ce jour.

Symptômes de la maladie : les symptômes de la fièvre du Nil sont de la fièvre, des maux de tête, des maux de gorge, des maux de dos, de la fatigue, des nausées, une perte de poids, des douleurs abdominales, de la diarrhée et des problèmes respiratoires. Dans la moitié des cas, les malades ont également des petits boutons roses. Le virus de la fièvre du Nil peut aussi engendrer une sévère encéphalite (inflammation du cerveau). La maladie est plus sévère chez les femmes âgées ainsi que chez les personnes immunosupprimées.

Période d’incubation : Inconnue. Par ailleurs, la période d’incubation de l’encéphalite japonaise, une maladie similaire à la fièvre du Nil, est de cinq à quinze jours.

Période de transmissibilité : la maladie ne se transmet généralement pas de personne à personne.

Réservoir : certains oiseaux et moustiques

Propagation : la transmission du virus de la fièvre du Nil se propage des oiseaux vers les humains par les moustiques, généralement du genre Culex.

Distribution de l’espèce : Afrique, Europe, Moyen-Orient, Asie centrale et de l'Ouest, Océanie et plus récemment Amérique du Nord

Prévention : le contrôle des moustiques est le meilleur moyen de prévenir la transmission de la maladie.

Vaccin : non disponible

Autres : certains auteurs croient que le virus de la fièvre du Nil aurait été transporté en Amérique durant les migrations d’oiseaux. Cependant, puisque les oiseaux ne traversent généralement pas l’océan Atlantique, d’autres auteurs croient que le virus aurait plutôt été amené par des oiseaux importés, voire par un humain infecté.

La fièvre du Nil est similaire à plusieurs autres maladies comme l’encéphalite japonaise ou l’encéphalite de Saint-Louis. Toutes ces maladies sont causées par des Flaviviridae. Il existe un vaccin contre l’encéphalite japonaise qui consiste à inoculer le microbe inactivé provenant de cerveaux de souris.


Musée Armand-Frappier

© Musée Armand-Frappier, 2008. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons