La radio à galène

Une autre invention viendra révolutionner l'écoute de la musique chez soi. Bien des amateurs construisent eux-mêmes leur récepteur radio à galène pour capter les ondes. La première programmation commence à Montréal par la diffusion, à partir du premier décembre 1919, d'émissions de la station expérimentale de la compagnie Marconi, XWA, qui devient CFCF en novembre 1920. La programmation régulière débute le 21 mai 1920. CKAC, inaugure sa programmation régulière en langue française le 27 septembre 1922. Devant l'engouement des Canadiens pour la radio, le catalogue d'Eaton de 1922-1923 offre des postes de radio à galène avec écouteurs et consacre une page entière à toutes les pièces nécessaires pour monter soi-même ce type de récepteur. Devant cette vogue, le catalogue d'Eaton de 1924 annonce la parution d'un catalogue spécial de pièces.

Le haut-parleur

Un récepteur à piles, muni d'un haut-parleur, permet à plusieurs personnes d'écouter la radio. En 1925 et en 1926, Eaton vend un modèle à cinq lampes et haut-parleur. La popularité de la radio se propage jusque sur la page de couverture de son catalogue. À l'hiver 1926-1927, le modèle Minerva, fabriqué spécialement pour la compagnie, se vend 99 $. La page de couverture du Eaton's Radio Catalogue de 1927-1928 montre un appareil qui incorpore un haut-parleur dans un meuble.

Des modèles combinant radio et tourne-disques

Très tôt, les compagnies produisent des modèles combinant récepteur radio et tourne-disque, que Sonora a mis en marché vers 1924. Cependant, on ne les retrouve dans le catalogue d'Eaton qu'à la fin des années 1930. Devenus des meubles indispensables dans presque tous les foyers, ils occupent fièrement l'espace central des salons. Au début des années 1930, Eaton vend des radios de plancher Marconi, Eveready, Fada , Brunswick, Westinghouse, Zenith, Philco, Sonora, De Forest, Crosley et Victor, à pile et à électricité.

Le format réduit

Le format et le prix de vente des appareils radio commencent à baisser et, en 1934, Eaton offre de petits modèles de table, en bois, fabriqués par Victor, Philco et Sparton, en plus de son modèle Viking. Le catalogue de 1939 propose, pour la première fois, une radio portable Viking et le populaire Little Nipper de RCA Victor. Après la Deuxième Guerre mondiale, les compagnies fabriquent des modèles de petit format, en bois, en bakélite, aux couleurs vives, comme le modèle B 4000 de Northern Electric, le 501 de Westinghouse, au design canadien unique, qui se place dans différentes positions. Le modèle BP6C de RCA Victor, une radio à pile portable, donne un avant-goût du nouveau design des années 1950. Le catalogue d'Eaton de 1952 illustre le Nipper de RCA Victor. En 1955-1956, la compagnie propose le Crosley, le premier radio-réveil, muni d'une prise de courant pour la cafetière. Le modèle portable P-233 de RCA Victor, à piles et à électricité, devient aussi abordable.

Un récepteur radio pour toutes les bourses

Au milieu des années 1950, Eaton offre une grande variété de modèles pour toutes les bourses, depuis le modeste 418 de General Electric, à 23,95 $, jusqu'au sophistiqué SX-96 de Hallicrafters, à 449 $.
Texte de Nicole Cloutier

© Société du Musée canadien des civilisations

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons