Durant la période de l'après-guerre, la quantité et la variété des articles augmentent rapidement, tout comme le pouvoir d'achat des Canadiens. L'arrivée de l'électricité dans les régions rurales stimule le marché des appareils électriques. Le baby-boom fait croître la population du pays, et les enfants et les adolescents deviennent un public cible dans les années 1950 et 1960. Vers la fin des années 1990, le commerce électronique permet aux gens d'acheter dans des magasins locaux ou ailleurs dans le monde.

1947 – Le magasin Woodward, de Vancouver, célèbre le 50e anniversaire de son catalogue, diffusé partout dans l’Ouest canadien.

1952 – Les travailleurs du magasin et du service de vente par correspondance de Dupuis Frères, dont le syndicat est affilié à la Confédération des travailleurs catholiques du Canada, un organisme syndical canadien français et catholique, font la grève. Le conflit dure trois mois et ternit la réputation de l’entreprise auprès de la clientèle française.

1953 – Simpson fusionne avec la compagnie américaine Sears, et le premier catalogue Simpson-Sears est publié. Comme Eaton, Sears vend habituellement des gammes d’articles inférieures comparées à celles offertes par Simpson. Eaton se restructure en raison de la forte concurrence de Simpson-Sears. Le catalogue Woodward cesse ses activités et son inventaire est acheté par la Compagnie de la Baie d’Hudson.

1955 – Outre ses 14 grands magasins, ses 42 filiales et ses 6 bureaux d’achats à l’étranger, Eaton compte 4 entrepôts pour la vente par correspondance, 4 usines et 299 bureaux de commande.

1956 – Dupuis Frères distribue un million de catalogue au Canada français, principalement au Québec. Des vestons à l’effigie du célèbre hockeyeur Maurice Richard sont proposés dans son catalogue.

1963 – Dupuis Frères cesse la publication de son catalogue. L’entreprise a perdu 70 000$ avec les activités du catalogue en 1962. Elle met des employés à pied en octobre. Le magasin fera faillite 15 ans plus tard.

1965 – Eaton possède 366 centres de commande par catalogue. L’entreprise remanie le catalogue et en diminue les dimensions; la publication n’engendre désormais des profits que dans l’Ouest canadien et les provinces de l’Atlantique.

1972 – Au 100e anniversaire du grand magasin Simpson, Simpsons-Sears compte 41 magasins, 4 vastes centres de commande par catalogue et 533 bureaux de vente par catalogue au Canada.

1973 – Les pertes du catalogue d’Eaton se chiffrent à 17 000 000$; l’arrêt de la publication est envisagé pour la première fois.

1976 – Le catalogue d’Eaton cesse ses activités.

1977 – Sears achète le service de vente par correspondance de Simpsons-Sears et devient Sears Canada.

1999 – Eaton fait faillite. Sears Canada achète la dénomination mais, en 2002, annonce la fermeture des septs derniers magasins qui portent ce nom. Sears publie 24 catalogues différents et traite 22 000 000 commandes.

2003 – Aujourd’hui la vente par correspondance continue à prospérer, notamment grâce au succès des catalogues spécialisés – semences, outils, lingerie, etc. Toutefois, avec l’arrivée du commerce électronique, beaucoup de magasins offrent aussi la possibilité d’acheter en ligne pour remplacer ou compléter les commandes par correspondance. Comme pour la vente postale, les consommateurs peuvent rêver des différents articles offerts, acheter leurs biens dans le confort de leur foyer et attendre impatiemment l’arrivée des produits achetés.
Musée canadien des civilisations

© Société du Musée canadien des civilisations

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons