Le leader de D.O.A., Joe Keithley, se souvient de l'ambiance du Buddha à la grande époque du punk, en 1978.

Museum of Vancouver

© 2012, Museum of Vancouver. Tous droits réservés.


Transcription

NARRATEUR
Le leader de D.O.A., Joe Keithley, se souvient de l’ambiance du Buddha à la grande époque du punk, en 1978.

JOE KEITHLEY
Quand on entrait dans le Buddah, c’était plutôt intéressant. Faut dire que le premier
type que vous croisiez était Igor, un croate dans la cinquantaine, énorme. C’était le
portier, sans jeu de mot, parce qu’il était aussi large qu’une porte. Pas moyen de passer sans ta carte d’identité.

Il disait aux gens, peu importe ton âge, tu pouvais avoir cinquante ans. Il faisait, "Tu as ta carte identité?"

Une fois qu’Igor vous laissait passer, le passage était long et étroit, tu vois, un truc
comme 6 mètres de large et 45 mètres de long, le bar était sur la droite et juste en face de toi, y’avait la scène au fond, un peu à gauche, c’est ça.

C’était d’un goût, au-delà de ce que tu peux imaginer. Je veux dire, ça n’avait pas été refait depuis, je sais pas, 1952 ou quelque chose comme ça.

NARRATEUR
Murphy Farrell est batteur, il a joué au Buddah avec le groupe vancouvérois de punk, les Schmorgs. Murphy décrit l’atmosphère dans le club pendant leurs concerts.

MURPHY FARRELL INTERVIEW n°2
C’est plein à craquer de monde. C’est enfumé, ça pue la bière, et ce n’est qu’un amas de corps qui volent dans tous les sens, et le groupe joue à fond la caisse, aussi fort que possible. Et tout le monde s’amuse.

NARRATEUR
Joe Keithley se souvient de la fois où les propiétaires du Smilin’ Buddha Cabaret
avaient dû repeindre la boîte de nuit après un incendie dans les années 80.

JOE KEITHLEY
Et quand le Buddha a brûlé et qu’ils l’ont repeint, on a eu droit au coup classqiue, les gens ont dit, c’est une tragédie, le Buddha a brûlé. Tout le monde a joué là-bas, de Jimmy Hendrix à D.O.A. Alors ils se sont relevés, mais quand même, personne avait plus envie d’y aller. Tu vois, après 83 ou 84, les gens ne venaient plus, ils ont arrêté d’aller au Buddha. Tu vois, c’était fini.

NARRATEUR
Une fois que la scène punk avait déserté le Buddha, après 1982, au moment où plus de salles ouvraient pour faire jouer des groupes en centre ville, le club tomba aux oubliettes et finit par fermer.


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons