Le foin récolté sur les îles de l’archipel du lac Saint-Pierre est très riche grâce aux apports d’éléments nutritifs provenant des crues printanières. Au début du XXe siècle, plusieurs îles étaient inondées au moins tous les deux ans. Les insulaires tiraient donc avantage de cet enrichissement naturel. Ils n’avaient qu’à récolter le foin. Cette culture ne devait être renouvelée qu’à tous les 15 à 20 ans.

Les terres retrouvées sur les îles servent aussi de pâturage. On y sème également des céréales.
Bophare
Centre d'interprétation de Baie-du-Febvre, Centre de la Biodiversité du Québec, Musée des Abénakis, Musée québécois de culture populaire, Commission scolaire de Sorel-Tracy

© 2013, Biophare. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons