Deuxième extrait de « Marie-Didace » de Germaine Guèvremont, 1947

« Ses yeux s’allumèrent de plaisir :

- Je chasse là des fois. Plus loin encore, t’aperçois les Îles de la Girodeau, avec l’Île à la Cavale parmi. Là, on se met à l’abri, tard, l’automne, quand les gros vents nous poignent pendant qu’on chasse ou ben donc qu’on pêche sur les battures. La mer qui se lève sur le lac, dans les tempêtes, c’est pas disable. Ça fait peur !
»
Germaine Guèvremont
1947
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons