Deuxième extrait de « L’amélanchier » de Jacques Ferron, 1970

« Cette mer n’est qu’une représentation lunaire du lac Saint-Pierre, grande étendue d’eau sans profondeur dont le comté sort en douceur par des prairies basses et mouillées qui ne sont bonnes qu’à la couleuvre et à la grenouille-buffle, dont le grand foin cache le partage de la terre et des eaux. »
Jacques Ferron
1970
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons