Premières recherches effectuées à l'aide du microscope

Le scientifique italien Marcello Malpighi fut l’un des premiers grands utilisateurs du microscope et est considéré de nos jours comme le père de l’embryologie et de l’histologie. En 1661, Malpighi employa un microscope pour reconnaître et décrire les minuscules vaisseaux sanguins, appelés capillaires, qui relient les artères et les veines. Cela constitua un appui important à la théorie de William Harvey selon laquelle le sang circule du cœur vers les extrémités du corps avant de revenir vers le cœur.

Antoni van Leeuwenhœk, avec son simple microscope à une seule lentille, parvint à obtenir des grossissements de 50 jusqu’à plus de 200 fois. Le spécimen était empalé sur une aiguille, derrière la lentille, et le tout soulevé jusqu’à la hauteur des yeux.

Leeuwenhœk fit des observations remarquables avec cet instrument très simple, rapportant ses découvertes dans des lettres à la Société Royale de Londres. En 1673, Leeuwenhœk décrivit ce que l’on reconnut plus tard être des corpuscules du sang (les globules rouges). Ses rapports firent sensation : il y décrivait des «animalcules», de petites créatures mobiles qui semblaient omniprésentes.

Au XIXe siècle, le microscope permit d’observer des bactéries et facilita grandement l’élaboration de la théorie selon laquelle les maladies sont dues à des germes. Ce fut le début de la bactériologie médicale, et de l’identification de bactéries spécifiques responsables de nombreuses maladies contagieuses. En 1882, Robert Koch inventa une technique de coloration qui lui permit de voir Mycobacterium tuberculosis. Ce qui enthousiasma le monde ne fut pas tant la valeur scientifique de la découverte de Koch, mais plutôt la certitude que la bataille contre l’un des pires ennemis de l’humanité pouvait vraiment commencer.

Le microscope a contribué à de nombreuses découvertes scientifiques canadiennes. Voici le microscope du laboratoire du Dr James Collip à l’Université McGill. De 1927 à 1947, Collip, biochimiste canadien de renom, travailla avec Hans Selye à McGill et entreprit un grand nombre d’études histologiques et biochimiques des glandes endocrines.


Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Musée des sciences et de la technologie du Canada, Musée de la civilisation; Musée Stewart, Temple de la renommée médicale canadienne, Museum of Health Care at Kingston, University Health Network Artifact Collection, University of Toronto Museum of Scientific Instruments, University of Toronto Museum Studies Program

© RCIP 2001

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons