L’apparition des plantes sur les terres émergées remonte à environ 425 millions d’années. Ces petites formes simples se sont propagées et diversifiées. Elles ont donné naissance, 100 millions d’années plus tard, à des forêts luxuriantes composées de fougères et de gymnospermes, c’est-à-dire des arbres à graines nues.

Au début du Crétacé, les gymnospermes continuent à dominer les flores sur les continents, mais plusieurs espèces connaissent un sévère déclin ; seuls les conifères prospèrent. Au milieu du Crétacé, les angiospermes apparaissent. Ces plantes à fleurs enferment leurs graines dans un ovaire. À la fin du Crétacé, elles dominent déjà le paysage. Les angiospermes sont représentés par une cinquantaine de familles dont le bouleau, le figuier, le houx, le magnolia, le chêne, le palmier et le sycomore. Il y a peu de changements qui ont autant affecté l’aspect des paysages que l’apparition des angiospermes, sinon ceux apportés par l’être humain.

L’apparition a eu aussi un impact considérable sur l’écologie de la planète. Le nectar des fleurs représente une nouvelle source de nourriture. Il n’en faut pas plus pour que de nouveaux groupes d’insectes se développent dont, parmi eux, les papillons, les guêpes, les abeilles, les termites et les fourmis. Il s’agit des premiers insectes sociaux connus. Leur mode de vie en colonies très structurées, où chacun a un travail à accomplir, leur assure un succès évolutif sans précédent. Ces insectes facilitent la reproduction et leur évolution en parallèle avec les plantes se fait au profit des paysages. À la fin du Crétacé, les insectes se spécialisent à des espèces de fleurs.
Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Réseau canadien d'information sur le patrimoine, Musée canadien de la nature, Musée du Séminaire de Sherbrooke, Royal Tyrrell Museum

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons