Plusieurs années s’écoulèrent avant qu’un autre point ne soulève la controverse. Cette fois-ci, elle concernait la règle de « la zone du gardien ». Les reprises vidéos ont permis de constater que de nombreux buts ont été refusés en raison de la présence d’un joueur adverse dans la zone du gardien de but. Cette règle a atteint son apogée en 1999 lors de la finale de la Coupe Stanley, lorsqu’il a été décidé d’allouer un but marqué par Brett Hull, qui semblait l’avoir fait alors que son pied se trouvait dans la zone du gardien. La règle a été éxaminée l’été suivant. Le seul autre changement d’ importance, a été la décision de jouer une prolongation à quatre contre quatre en 1999. Chaque équipe recevait un point pour l’égalité en temps réglementaire, et un autre point était accordé à l’équipe qui marquait un but en prolongation.

La plupart des règles ont été modifiées afin de tenir compte de l’évolution du jeu. Cependant, il existe un cas où une règle a été changée spécifiquement à cause d’une équipe. À l’origine, lorsqu’une pénalité était infligée à une équipe, cette dernière devait envoyer un joueur au banc des pénalités, peu importe le nombre de buts qui étaient comptés durant son absence. Cette règle allait toutefois être modifiée.

Au milieu des années 1950, le Canadien de Montréal était une équipe réellement dominante. Pour couronner la décennie elle avait remporté cinq fois de suite la Coupe Stanley. Son attaque était tellement puissante que lui accorder un avantage numérique entraînait, presque inêvitablement, des résultats désastreux. Le Canadien comptait sur des joueurs tels que Maurice et Henri Richard, « Boom-Boom » Geoffrion, Doug Harvey et Jean Béliveau. Il n’était pas rare de voir le Canadien marquer plusieurs buts lors d’une seule supériorité numérique. En conséquence, en 1956-1957, on a modifié la règle en permettant au joueur pénalisé de revenir au jeu dès qu’un but était marqué.


RCIP

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons