Jésus et le rétablissement de la nature humaine

« Qu'y a-t-il d'autre dans la philosophie du Christ que ce qu'Il appelle lui-même une 'renaissance' [renascentia], que le rétablissement de la nature [de l'homme] dans la bonté originelle de sa création »

Érasme de Rotterdam, Paracelsis

En puisant dans la vigoureuse philosophie gréco-romaine, la Renaissance s'est beaucoup intéressée à la majesté et à la dignité du corps et de l'esprit humains. Cette perception renouvelée de la grandeur de l'humanité a été inspirée, en partie du moins, par l'impression que l'expansion du monde et de l'esprit rouvrait les portes de l'Éden et rétablissait l'intégrité et la noblesse originelles de l'homme et de la femme. Cette redécouverte du monde humain comme lieu du sacré était intimement liée, dans l'esprit de nombreux penseurs de la Renaissance, au personnage de Jésus. Le véritable homme de la Renaissance - le plus grand des pédagogues, l'incarnation de toutes les vertus humaines, le Lien vital dans la Grande Chaîne de l'Être entre Dieu et l'humanité - Jésus est devenu le symbole emblématique de tout ce qui a de la valeur pour l'esprit et la pensée, et qui avait été perdu mais était maintenant récupéré.
Réseau canadien d'information sur le patrimoine, The Provincial Museum of Alberta,

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons