Entrevue avec Zeidler Partnership Achitects 5e partie: une 'soupe'



Les architectes nous racontent les problèmes liés à la construction dans une ville qui s’affaisse.

Qasim Virjee
Zeidler Partnership Architects, Carolina Eyzaguirre, Elise Hodson, Qasim Virjee
Mars 2006
Mexico City, MEXIQUE
© 2006, Design Exchange. Tous droits réservés.


Transcription

Mexico City s’enlise. Le défi de construire sur une « soupe ». Dalibor : "Mexico City est située sur un ancien lac desséché. La ville pompe l’eau du lac, ce qui fait que toute la nappe du lac s’enfonce doucement. Pour qu’elle reste immobile, il faut construire de bonnes fondations, avoir du soutien, même si le sol autour s’enfonce. Ils doivent donc de temps en temps ajouter un gradin parce que les immeubles s’élèvent du sol." Eley: "En gros, le Torre Mayor est positionné sur un certain nombre de pieux qui atteignent la terre ferme à travers la ville et la substance des sols environnants. On m’a dit que dépendant des caractéristiques de vibration du sol, les immeubles d’une certaine taille sont plus dangereux que les autres. En d’autres termes, il serait possible de dessiner une carte de San Fransisco comportant des zones à hauteur interdite. Concevoir des immeubles de 30 étages n’est pas un problème par là-bas. Alors qu’ici, du aux caractéristiques du sol, les édifices seraient affectés par les secousses. Il y a des emplacements où des immeubles de dix étages peuvent se révéler dangereux et d’autres endroits où les immeubles de vingt étages sont parfaitement sûrs."


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons