Le Christ, Miroir de la Vérité chez Calvin

« Le Christ donc est le Miroir dans lequel nous devons contempler notre propre élection et où nous pouvons le faire sans tromperie. »

Jean Calvin, L'Institution de la religion chrétienne

À l'instar de Luther, Jean Calvin a mis l'accent sur la primauté de l'Écriture comme source de la doctrine et du salut par la grâce plutôt que par les bonnes œuvres. Mais il estimait que l'utilisation de l'art pour louer Dieu risquait de conduire à l'idolâtrie, tandis que la séparation de l'Église et de l'État était la négation d'une vérité incontournable, à savoir que même si le Royaume de Dieu était distinct des pouvoirs civils de l'État, ce dernier ne pouvait utiliser ses moyens et atteindre ses fins qu'en conformité avec la foi chrétienne. Cette conception calviniste des liens inextricables entre religion et politique a eu de grandes répercussions et, en février 1554, a conduit la magistrature en poste à Genève à accepter de « vivre selon les principes de la Réforme » et, fondamentalement, à rendre les lois de la cité conformes aux lois du Christ. Ce qui unissait Luther et Calvin, c'était leur désir de réformer l'Église selon leur façon de comprendre Jésus, Miroir de l'Éternel.
Réseau canadien d'information sur le patrimoine, The Provincial Museum of Alberta,

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons