Veste et pantalon

Ce costume illustre le genre de vêtement qu’aurait porté un ouvrier chinois travaillant à la construction du Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP). Le coût de ce vêtement aurait été abordable, car il était fait de tissu de coton très robuste et bleu indigo, semblable à du denim. Nous savons que c’était un costume d’homme, car les vestes sont fermées à l’aide d’un nombre impair de boutons et de brides (cinq ou sept boutons en forme de boules nouées). Les nombres impairs représentent la masculinité, ou le Yang, et les nombres pairs le Ying, ou la féminité. Le large pantalon est généralement appelé dadangku, ce qui veut dire littéralement pantalon à grande fourche. La large ceinture montée permet à la personne de l’enfiler et de l’enlever aisément. Il est aussi facile à porter sans ceinture. S’il pleut, il est possible de rouler les jambes du pantalon pour l’empêcher de se mouiller et de se salir. Nous savons que la vie de ces ouvriers est difficile et que leur travail est dangereux. Ils doivent exécuter les travaux les plus pénibles dans de rudes conditions et sur des terrains difficiles. Cela signifie que le confort et la polyvalence sont des éléments fort importants. L’ampleur du vêtement donne à la personne la liberté de mouvement nécessaire pour travailler et permettre aussi à l’air de circuler, ce qui réduit la transpiration. De plus, le vêtement peut facilement être échangé entre père et fils. ____________________________________________ Conseiller historique : Conseil national des Canadiens chinois (CNCC), Archives nationales du Canada

Musée royal de l’Ontario
1900 - 1925
971.166.53A and 971.166.53B
© 2006, Musée royal de l’Ontario. Tous droits réservés.


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons