Après la Première Guerre mondiale, des milliers de veuves de guerre vont s'occuper seules de leur famille. Un nombre incalculable de soldats qui avaient survécu aux combats souffraient par ailleurs de traumatismes dus aux bombardements.

L'après-guerre a été prospère grâce à une économie en plein essor. Durant les années 1920, l'optimisme régnait et les gens étaient fascinés par la nouvelle technologie comme l'avion et l'automobile.

Cet optimisme a pris fin abruptement en 1929 quand le marché boursier s'est effondré : la grande dépression commençait. En l'absence d'un filet social comme celui qui existe aujourd'hui, les gens très nombreux qui perdaient leur emploi et leur ferme étaient condamnés à mourir de faim. Beaucoup de Canadiens ont alors été poussés jusqu'aux limites de la résistance humaine.

Durant les années 1930, l'immigration a chuté dramatiquement. Ceux qui réussissaient à entrer au Canada étaient traités comme des étrangers qui venaient profiter des maigres ressources du pays. La plupart de ces immigrants provenaient de Grande-Bretagne ou des États-Unis.

La Première Guerre mondiale a changé peu de chose pour les premiers peuples, même si beaucoup d'Autochtones s'étaient portés volontaires pour aller au combat et que nombre d'entre eux étaient devenus des héros de guerre. Des générations entières de membres des premiers peuples et de Métis ont été envoyées de force dans des pensionnats. Les enfants étaient enlevés à leur famille et à leur communauté et obligés de renoncer à leur langue et à leur culture.

Dès la fin des années 1930, l'Europe se trouvait au seuil d'une autre guerre mondiale.

Quand la guerre a été déclenchée en 1939, le pays tout entier s'est levé pour aider. Plus d'un million de Canadiens se sont portés volontaires pour combattre. Nombre d'entre eux ont été envoyés outre-mer. Les Canadiennes ont travaillé en usine et prouvé leur compétence dans des métiers spécialisés. L'effort de guerre a tiré le pays des griffes de la dépression.

Malgré le grand nombre de volontaires, il fallait encore plus de soldats. Le Canada a donc été confronté à une nouvelle crise de la conscription, comme lors de la Première Guerre mondiale. Certains Canadiens s'opposaient à l'enrôlement obligatoire des hommes dans les forces armées. La Seconde Guerre mondiale a marqué les Canadiens de bien des manières.

Le Canada a joué un rôle essentiel dans la victoire des Alliés. Le débarquement de Normandie, le 6 juin 1944, et la libération des Pays-Bas figurent parmi les triomphes de notre jeune pays.

Ces pages glorieuses contrastent vivement avec certains effets causés ici même par la Loi sur les mesures de guerre.

Tous les Canadiens d'origine japonaise ont été obligés de s'inscrire auprès de la Gendarmerie royale du Canada. Un grand nombre d'entre eux ont été plus tard internés sans raison dans des camps, même s'ils étaient nés au Canada ou qu'ils étaient naturalisés canadiens. Pendant plusieurs années, les Canadiens d'origine japonaise ont été privés des droits de la personne les plus élémentaires.
_________________________
Musée royal de l'Ontario
Conseillers historiques : Alison Faulknor, Institut du Dominion; Nick Brune, auteur et professeur d'histoire

© 2006, Musée royal de l'Ontario. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons