Document remis aux élèves : Las casse-tête des gîtes

Si tu souhaites devenir historien, tu dois avoir de bonnes capacités à résoudre les casse-tête. Seul dans un document historique secondaire, comme un livre ou un carnet, ou encore un article de revue, on a pu rassembler les morceaux d’un casse-tête du passé, pour présenter l’ensemble obtenu sans trop d’efforts.

Les historiens doivent décider l’emplacement des morceaux du casse-tête et énoncer des théories sur l’information manquante pour des morceaux perdus au fil du temps. Le type et le nombre de morceaux de casse-tête qui constituent un élément historique varient grandement.

Dans l’étude historique des gîtes le long de la rivière Bonnechère, très peu de morceaux ont été consignés à l’époque. Peut-être parce qu’on ne pensait pas à ce moment qu’ils auraient une certaine valeur, comme l’histoire de nos chambres d’hôtes locales qui n’est pas consignée. Si c’est le cas, un historien curieux sera chanceux dans l’avenir de trouver une publicité de gîte touristique et d’autres éléments.

Une source d’information précieuse est l’entrevue orale historique dans le cadre de laquelle un étudiant en histoire pose des questions à quelqu’un qui peut partager une partie de son expérience d’une certaine époque ou d’un lieu. Souvent, c’est la seule manière de recueillir ce type d’information et elle serait perdue au décès de la personne interrogée. Il s’agit à n’en pas douter de morceaux de casse-tête très spéciaux.

Les passages qui suivent sont des extraits d’entrevues réalisées auprès de personnes qui ont vécu, visité ou qui ont connu les gîtes, principalement le long de la rivière Bonnechère dans l’est de l’Ontario, autour des années 1900. Quand tu liras les souvenirs des jours passés, tu pourras constater qu’ils sont différents. Cela peut compliquer le casse-tête. Selon ta propre expérience, tu as probablement davantage conscience des gens et des choses qui te touchent au quotidien, tandis que des éléments moins importants de ta vie sont moins inoubliables. Ton frère, ta sœur ou ton voisin se rappellent probablement des mêmes choses différemment. De quoi te rappelleras-tu au sujet de ton quartier dans soixante ans quand un jeune historien viendra te poser des questions pour décrire l’époque de ta jeunesse?

Les extraits provenant de publications, de documents originaux et de vieilles photos sont d’autres outils de recherche précieux qui t’aideront dans tes recherches.

Activité
Partie 1 : RECHERCHE SUR LES GÎTES

Avant de commencer la recherche, lis la partie 2 ci-dessous pour mieux comprendre de quoi il s’agit. Dès que tu as compris ce qu’il faut faire, examine les ressources primaires suivantes pour connaître les voix, images et goûts des gîtes au début du Canada.

1. Lis les extraits d’entrevues suivants :
Passage 1: Hannah Hyland parle à Rory MacKay au sujet des gîtes, 1976 et 1977
Passage 2: Michael Garvey parle à Rory MacKay au sujet des gîtes, 1977
Passage 3: Mary Garvey parle à Rory MacKay au sujet des gîtes, 1976
Passage 4: Henry McGuey parle à Rory MacKay au sujet des gîtes, 1976

2. Lis les extraits de publications suivants :
Extrait 1 : provenant de Life in the lumber Camps of McLachlin Brothers, Arnprior, Ontario par Charles Macnamara, 1940
Extrait 2 : provenant de A History of Killaloe Station par Martin Garvey, 1967
Extrait 3 : provenant de Report, Field Notes and Diary of the Township of Burns par Thomas Bolger, 1874

3 : Examine les photos suivantes et prends des notes :
Photo 1 : le gîte Lafleur, environ 1950
Photo 2 : le bon de repas des frères McLachlin, 1905

Partie 2 : QUESTIONS À RÉFLEXION
À l’aide des recherches que tu as effectuées, réponds aux questions suivantes :

1a) Dresse la liste des aliments qui étaient généralement mangés dans les gîtes.
b) Quels aliments sauvages servaient à compléter les aliments cultivés sur les fermes et aux gîtes?

2. Explique à l’aide d’exemples comment il y avait quelque variété dans certains plats mais pas dans d’autres.

3. Explique pourquoi il y avait une concentration si élevée de gîtes à Basin. (Suggestion : Pense à l’emplacement de ces gîtes en rapport avec Killaloe et les camps de bûcherons du parc Algonquin.)

4a) Énumère cinq différences entre passer la nuit dans un gîte touristique actuel et la nuit dans un gîte traditionnel des années 1900.
b) Donne deux similitudes.

5. Les bons de repas et d’hébergement que les hommes présentaient aux gîtes comme paiement étaient imprimés sur du papier bleu. Pourquoi?

6a) Explique pourquoi il était difficile de préparer et servir des repas lorsqu’on ne savait jamais vraiment combien de visiteurs se présenteraient au gîte.
b) Énumère des tâches que la famille qui dirigeait le gîte pouvait accomplir pour pallier cette incertitude?

7a) Quel était le meilleur moment de l’année pour acheter et transporter des aliments à Basin?
b) Quel était le mode de transport préféré?

8) On achetait les aliments en quelles quantités?

9) Quelle boisson, qu’on ne trouvait pas dans les camps de bûcherons, pouvait aussi attirer les hommes dans les gîtes?


Treena Hein, Rory MacKay, Betty Biesenthal
vers 1900
Ontario, CANADA
© 2007, Davenport Centre - Heritage Hall. Tous droits réservés.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons